Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Thierry

Facebook: thierry.groussin

Twitter: Indiscip

Je suis passionné par tout ce qui permet à l'être humain de libérer sa pensée pour vivre une vie plus riche et plus généreuse et ouvrir des espaces plus vastes à ses entreprises.


 De ce fait, je m'intéresse de très près à tout ce qui peut constituer les barreaux de sa cage invisible, cette "servitude volontaire" qu'Etienne de la Boétie dénonçait déjà en son siècle: les idées reçues, les paradigmes cachés, les croyances du milieu (famille, métier, entreprise, pays, etc.), les manipulations, avec, par dessus tout, la synthèse que constitue de tout cela la représentation que l'on se fait de la réussite.


Une histoire que j'aime beaucoup pour son caractère emblématique est celle des frères Lumière. Le lendemain de l'invention "technique" du cinéma, l'un d'eux dit à son père: "On a inventé quelque chose d'amusant, mais cela n'a sans doute aucun avenir". Mais le père voit la potentialité de l'invention. Sous sa houlette, le cinéma va devenir un phénomène mondial. Pourquoi mondial ? Parce que la vision que les Lumière vont s'en faire est celle d'un miroir dans lequel le monde peut se regarder. Ainsi, à Pékin on pourra voir vivre Paris, à New York Londres, à Johannesburg Berlin, etc.


Survient un nommé Pathé, enthousiasmé, qui leur parle d'enregistrer des fictions. La famille Lumière le prend pour un barbare. Filmer des fictions! Quelle petite idée! Aucun avenir!


Howard Bloom (Lucifer's principle, The global Brain) a mis en évidence le paradoxe de toute société. Pour qu'une société existe, les éléments qui la composent doivent "tenir ensemble". Elle a besoin de ce qu'il appelle un moteur de conformité qui va assurer que ses membres aient des représentations et des comportements communs. Mais, pour évoluer, car la pérennité est à ce prix, cette même société a besoin d'électrons libres, de déviants - qu'elle va souvent persécuter et tenter de réduire au silence.


Le biologiste Henri Atlan a situé "entre le cristal et la fumée" cet espace improbable où la vie peut s'épanouir.


C'est cet espace que je m'efforce de cultiver dans mon métier, ainsi qu'en tant que citoyen et à titre personnel.

Interêts

société, économie, écologie, démocratie