Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2007

Harry Potter

Belle histoire que celle de J.K. Rowlings. On peut aujourd'hui expliquer pourquoi Harry Potter a rencontré un tel succès, il n'empêche que l'auteure elle-même n'aurait pas osé en faire la promesse à son éditeur. Le coup de génie aujourd'hui c'est de cristalliser une attente en suspension dans l'air du temps, présente un peu partout et cependant invisible. C'est un effet de rencontre et ce n'est pas valable que pour la littérature. On peut se prendre à rêver d'un phénomène identique dans d'autres domaines... Ce qui est sûr, c'est qu'on n'atteint pas ce genre de triomphe en scrutant les tableaux de bord et en se fiant aux business plans. Spéculer, modéliser, remplir des tableaux excel est hors de propos.

Pour en revenir aux raisons du succès, il ne tient pas à mon sens qu'à l'écriture. Je me souviens d'un entretien avec Marck Luycks, un ancien de la cellule de prospective de Jacques Delors à Bruxelles, qui y voyait le rejet croissant d'une société qui s'est emprisonnée elle-même dans ses procédures, ses égoïsmes, sa courte vue, son refus de rêver et de se vivre en humanité.

Oui, on peut se prendre à rêver d'un Harry Potter qui, avec sa baguette magique, viendrait à s'intéresser à nos institutions, à nos entreprises, à nos systèmes économiques et à nos façons de vivre et de faire société...

Les commentaires sont fermés.