Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2008

La mort des abeilles

Les abeilles disparaissent de la surface de la planète. L'information, qui circule déjà depuis quelque temps, ne provient pas de quelque brûlot issu de la mouvance de José Bové. Vous pouvez la retrouver sur le site du journal Les Echos qu'on ne peut guère taxer de fantaisie: http://www.lesechos.fr/info/energie/4611614.htm .
En voici un extrait.

"En quelques mois, entre 60 % et 90 % des abeilles se sont ainsi volatilisées aux Etats-Unis où les dernières estimations chiffrent à 1,5 million (sur 2,4 millions de ruches au total) le nombre de colonies qui ont disparu dans 27 Etats. Au Québec, 40 % des ruches sont portées manquantes. En Allemagne, selon l'association nationale des apiculteurs, le quart des colonies a été décimé avec des pertes jusqu'à 80 % dans certains élevages. Même chose en Suisse, en Italie, au Portugal, en Grèce, en Autriche, en Pologne, en Angleterre où le syndrome a été baptisé « phénomène «Marie-Céleste» », du nom du navire dont l'équipage s'est volatilisé en 1872. En France, où les apiculteurs ont connu de lourdes pertes depuis 1995 (entre 300.000 et 400.000 abeilles chaque année) jusqu'à l'interdiction du pesticide incriminé, le Gaucho, sur les champs de maïs et de tournesol, l'épidémie a également repris de plus belle, avec des pertes allant de 15 % à 95 % selon les cheptels."

On a souvent entendu citer la phrase d'Einstein selon qui "si les abeilles venaient à disparaître, l'humanité ne tarderait pas à en faire autant". Serait-ce que le miel et la gelée royale sont si essentiels à notre santé ? Point du tout! Ne pouvant pas se déplacer pour se rencontrer, les plantes ont besoin de ces petits insectes pour véhiculer leurs semences. Au point que, selon Bernard Vaissière, spécialiste des pollinisateurs à l'Institut national de recherche agronomique, « trois quart des cultures qui nourrissent l'humanité en dépendent ». Les causes de l'hécatombe ? Vraisemblablement les usuals suspects: pesticides et autres ogm dont la combinaison aurait ouvert la voie à des parasites mortels pour les butineuses.

Nous avons dans ce drame une illustration de notre façon calamiteuse de penser le monde. Le marché du miel, de la gelée, c'est peanuts pour nos indicateurs économiques! A la limite, ces denrées peuvent disparaître, on mettra un peu plus de confiture dans les rayons des hypers et on ajoutera quelques flavors synthétiques pour nous rappeler le bon vieux temps. La pollinisation ? Tant qu'elle est gratuite, elle n'a pas de légitimité économique. Elle n'existe pas! Si nous survivons aux abeilles - grâce à quelque artefact que ses inventeurs vendront très chers et qui enrichira, lui, les PNB - nous pourrons nous préparer à un monde où seuls les coïts tarifés et les enfants produits dans des laboratoires seront autorisés! Mais rassurez-vous: ce sera pour notre bien!

Commentaires

C'est anecdotique mais, à ma connaissance, on n'est absolument pas sur qu'Einstein ait vraiment dit cette phrase sur les abeilles.

Plus d'information sur cette citation http://www.snopes.com/quotes/einstein/bees.asp

Écrit par : jeanfou | 13/02/2008

Bien sûr! La question que je me suis posée, quand je l'ai découverte, c'est pourquoi lui ?

Écrit par : Thierry | 13/02/2008

Les commentaires sont fermés.