Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/04/2010

Le Tao

 

C'est un petit village chinois où il n'a pas plu depuis des mois, peut-être des années.

Les habitants ont tout essayé et même le faiseur de pluie est resté impuissant. Ils sont désespérés.

Ultime espoir: ils ont entendu parler d'un grand sage qui vit dans les montagnes et qui serait capable de faire des miracles. Alors, ils se cotisent et envoient deux d'entre eux à la recherche de ce sage.

Ceux-ci finissent par le trouver mais l'homme se fait prier. Cependant, devant la détresse des deux émissaires, il se décide finalement à quitter sa retraite.

Les voilà qui arrivent au village et, bien sûr, un attroupement se forme rapidement autour d'eux. Aussitôt, le sage demande qu'on lui attribue une maison où il soit seul et qu'on l'y laisse tranquille. Ce qui est fait malgré la déception qu'engendre cette exigence.

Le jour passe, aucune nouvelle du sage. La nuit passe et le soleil se lève sur une autre journée de désespoir. Le sage n'a toujours pas reparu. Mais, bientôt, voilà les nuages qui s'amoncèlent dans le ciel et soudain la pluie tombe.

C'est le moment où le sage sort enfin de sa maison et demande qu'on le ramène dans ses montagnes.

"Mais qu'avez-vous fait ? Comment vous y êtes-vous pris ? Nous n'avons rien vu!" s'exclament les gens.

Et lui de répondre: "Dès que j'ai mis un pied dans votre village, j'ai ressenti le désordre de vos âmes et celui-ci est entré en moi. Alors, je me suis isolé pour remettre de l'ordre en moi."

 

PS: Je crois avoir lu cette histoire, il y a bien longtemps, dans Le sourire du Tao, de Laurence Durrell.

Les commentaires sont fermés.