Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2011

Démocratie (4)

 

 Le danger est l’opportunité de ceux qui veulent s’élever au dessus des autres. La protection qu’ils proposent aux plus faibles, aux plus démunis et aux moins courageux leur donne en échange le pouvoir.  C’est ainsi que la féodalité émerge et cette forme d’organisation ne renvoie pas qu’à notre moyen-âge, elle innerve encore la société toute entière. L’économiste chilien Manfred-Max Neef montre que les humains, à tout moment, peuvent renoncer à la satisfaction d’un de leurs besoins fondamentaux, comme celui de liberté, contre de la sécurité, de la reconnaissance ou de quoi manger…

Mais, si l’on peut considérer que ce troc est éventuellement pertinent dans certaines circonstances, le problème est que, une fois installée, toute forme d’organisation tend à se perpétuer et au-delà même de la situation qui lui a fourni ses fondations. Le danger est passé et vous voilà prisonniers de votre protecteur ! C’est qu’aucun être vivant n’accepte de mourir et que les institutions sont constituées d’êtres vivants qui y ont fait leur niche et y trouvent leur compte. Alors, seraient-elles devenues inutiles qu’elles veulent cependant durer. Pis, plus que gourmandes de durée, elles veulent continuer à croître et à s’enrichir. A la vaillance des preux succèdent ainsi un jour, à grands frais pour le taillable et corvéable, les dentelles et les rubans de la cour de Versailles. Au service devenu sans objet succède l’exploitation. Vous trouverez à faire des parallèles très actuels, je n’en doute pas !

La dynamique féodale est toujours à l’œuvre. Malgré nos prétentions démocratiques, elle  est, comme l’eau s’écoule vers le bas, une pente naturelle de notre manière de faire société. L‘entreprise, par exemple, se réfère sans cesse à la rationalité économique et tire de cette prétention sa légitimité à tout dominer. Pour autant, il faudrait être naïf pour croire qu’elle y échappe. Les processus à l’œuvre du haut en bas de la pyramide - nominations, alliances, statuts, avantages… – restent de l’ordre d’une économie du pouvoir et s’appuient sur la rémunération de vassalités diverses et, selon l’expression de La Boétie, sur la servitude volontaire consentie par beaucoup au profit de quelques-uns. Que sont les prébendes exorbitantes et cependant sans cesse renouvelées de certains dirigeants, sinon la preuve d’un système féodal ?

Dans cette économie, les dominants continuent de s’appuyer sur le danger. Ce dernier devient même un deus ex machina.  Si l’Eglise ne recrute plus guère en nous proposant, en échange de notre obéissance, sa police d’assurance contre l’enfer, d’autres ont repris le « business model ». Comme on ne croit plus beaucoup dans l’au-delà, l’enfer dont notre docilité est censée nous protéger est dans cette vie. Si vous ne voulez pas vous retrouver sur le marché du travail, soyez un bon petit soldat. Si vous ne voulez pas que l’ogre islamiste vous dévore, votez pour moi. Si vous ne voulez pas mourir de pandémie, soumettez-vous à Big Pharma. Le tout se renforce évidemment de lois et de dispositifs qui, pour nous apporter leur protection, restreignent peu à peu notre liberté. Cherchez à qui le crime profite et qui sont les complices intéressés, fût-ce petitement, au butin…  

Dans La dérobade, de Jeanne Cordelier, on voit comment les proxénètes mettent en danger les prostituées insoumises afin qu’elles se résolvent à se placer sous leur protection – et à accepter bien sûr d’être exploitées en retour. Poussant jusqu’au faux-semblant de largesse, le système prévoit le rachat par une fille de sa liberté - mais à un prix tel qu’il lui reste parfois peu à vivre quand elle est parvenue à le rassembler. Le proxénétisme est un modèle intéressant à plus d’un titre. Il crée le danger pour qu’on lui achète sa protection. On accepte d’être exploité pour bénéficier de celle-ci. Il engendre une aliénation, mais on peut recouvrer sa liberté - théoriquement. Une fois encore, je vous laisse faire des parallèles.

Les rubans et les dentelles de Versailles ont fini dans la Révolution.

Commentaires

Vraiment excellent ! Merci Thierry...

Écrit par : Saint-Arroman | 30/04/2011

Les commentaires sont fermés.