Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2011

Des OGM et de trois déficiences de la pensée ordinaire

 

 

J’ai vu récemment, au bas d’un article sur les dangers des OGM, le commentaire d'un lecteur furibard qui disait : « Nourrissez deux truies, l’une avec des OGM, l’autre sans OGM. Puis tuez-les, ouvrez-les et vous verrez qu’il n’y a pas de différence entre les deux ! » Certes, c’est argumenté à la hache, mais c’est un point de départ très pédagogique pour examiner le processus de nos erreurs et des manipulations qui nous y conduisent : la réduction du problème à un champ étroit.

 

Quelle est la première faiblesse de cette démonstration par les deux truies ? Bien sûr, comme c’est presque toujours le cas maintenant, c’est qu’elle ne tient pas compte du temps long. Ne tenant pas compte du temps long, la démonstration omet, délibérément ou non, les effets cumulatifs. L’autopsie de cette malheureuse truie nous dira-t-elle comment sera sa descendance ? Nous révèlera-t-elle les effets génétiques résultant de cette alimentation récurrente sur une centaine ou plus de générations ? Un photographe dirait tout simplement que cette démonstration manque de profondeur de champ.

 

Pour reprendre la métaphore photographique, nous dirons que la deuxième faiblesse de cette pseudo-démonstration est dans sa largeur de champ et, afin de rester dans le même registre, nous proposerons d’essayer plusieurs objectifs en fonction de l’angle que nous voulons mettre en valeur. Premier élargissement du champ : que se passe-t-il lorsque l’animal, de pur reproducteur, devient – et toujours sur des générations - nourriture pour d’autres ou pour les humains ? Vous souvenez-vous encore du grand effroi de la vache folle et des millions de bêtes sacrifiées sur l'autel de la précaution ? A ce niveau d’observation, le champ embrasse la chaîne alimentaire d’une part et, d’autre part, le métabolisme – ô combien complexe – de nos cellules. Rien qu’en prenant un peu de recul, vous noterez que le sujet se montre déjà un tantinet moins simple qu’on n’avait tenté de nous le vendre.

 

Sans nous attarder cependant, changeons encore l’objectif de notre appareil et invitons dans notre image le champ économique et social. On sait que les OGM sont protégés par le statut de propriété intellectuelle.  De ce fait, pour rémunérer les laboratoires qui les inventent, les cultivateurs doivent chaque année racheter des semences. Economiquement, c’est un fardeau qui en a déjà acculé des milliers d’entre eux au suicide. Pas trop grave, nous dirait le fantôme de Milton Friedmann : de toute façon, pour faire baisser les coûts de l’agriculture, il convient de diminuer le nombre des paysans ! Vous l’avez remarqué, en effet, ce qui coûte le plus cher, c’est le travail humain. Que certains paysans se suicident, laissant des veuves et des orphelins dont personne ne s’occupe, ou que d’autres, spoliés de leurs terres, aillent s’entasser dans les grands bidonvilles, cela ne coûte rien à personne. Du moins, pas directement.

 

Mais changeons encore l’objectif de notre boîte à images pour élargir le champ jusqu’à embrasser sur la photographie l’ensemble de l’écosystème.

 

En premier lieu, les cultures à base d’OGM engendrent une exigence supplémentaire d’artificialisation des sols, car les semences issues de l’ingénierie humaine n’ont pas les qualités des semences naturelles, elles doivent être assistées par des artefacts. En outre, réduites qu'elles sont aux fonctionnalités qui ont intéressé leurs concepteurs, elles ne rendent rien aux sols qui permette à ceux-ci de se régénérer. Or, ces sols sont déjà tellement artificialisés que, selon des chercheurs indépendants de l’industrie agrochimiques, comme Claude Bourguignon, ils sont tout simplement mourants : sans l’acharnement chimique - qui, en passant, vient renchérir le coût des cultures - ils ne produiraient plus rien. 

 

En deuxième lieu, de la même façon que le mauvais argent chasse le bon – avons-nous suffisamment payé depuis 2008 pour comprendre ce dicton ? – la mauvaise graine chasse la bonne. Elle accélère d’abord l’appauvrissement de la diversité, déjà bien entamé par l’agriculture intensive et la sélection des semences. Or, comme l’a montré le professeur Robert Ulanowicz*, la diminution de leur diversité interne fragilise les écosystèmes : qu’un prédateur insensible aux défenses ajoutées à l’OGM entre dans le jeu et, du jour au lendemain, ce peut être l’hécatombe.

 

En troisième lieu,  du fait d’une inévitable dispersion par les vents et les oiseaux, des liaisons dangereuses de cette graine avec la flore et la faune alentour sont possibles.  Par exemple, ces OGM que l’on a programmés pour survivre aux herbicides – suivez le raisonnement : on vend des herbicides pour nettoyer le terrain, puis on conçoit des variétés résistantes aux pesticides pour le réensemencer  – ces OGM  peuvent déclencher le développement de souches si résistantes qu’à moins de tomber dans une surenchère aux herbicides qui porteront le dernier coup à la biodiversité, elles nous déborderont. Mais ces OGM peuvent aussi, directement ou indirectement, interagir en cascade et avoir une influence jusque sur la faune, entraînant la disparition ou la multiplication à outrance d’éléments de celle-ci. Je ne suis pas en train de délirer, de tels phénomènes ont déjà été relevés.

 

Tout cela nous ramène à une constatation : en introduisant des OGM de façon de moins en moins mesurée dans des écosystèmes avec lesquels, jusque là, nos interactions étaient limitées et étalées sur des siècles, nous n’avons qu’une idée très ténue – certains d’ailleurs n’en ayant cure - de ce qui peut survenir. Et c’est là, après le manque de profondeur et de largeur de champ, la troisième faiblesse de l’intelligence ordinaire : la sous-estimation de la complexité des systèmes  dans lesquels nous intervenons. Le comburant de tout cela, malheureusement, est bien connu. Quand sommes-nous le plus indulgents et le moins rigoureux à l’égard des choses que nous promouvons ? Quand nous avons l’idée – que nous soyons riches ou pauvres - qu’elles nous enrichiront et qu’elles accroîtront notre pouvoir.  

 

* Cf. Transitions 2 : http://co-evolutionproject.org/index.php/2011/01/le-numer...

 

 

23:54 Publié dans Monsanto, OGM, Vivre | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Nourrissez deux cerveaux, l'un avec TF1 et l'autre avec les plus grands romans de la littérature mondiale, puis tuez les, ouvrez les , et vous verrez qu'il n'y a pas de différence entre eux. Par contre, les être qu'ils auront côtoyés, les enfants qu'ils auront élevés, les principes qu'ils auront défendus se survivront et se répercuteront à l'infini dans l'avenir.

Écrit par : Pierre | 30/12/2011

On a beaucoup progressé en un siècle.
Avant c'était Krupp vs Thyssen, pour faire progresser blindages et obus ... avec quelques dommages collatéraux un peu sales et immédiatement visibles.
Maintenant c'est Monsanto vs Monsanto, pour faire progresser (..?!?!..), et les dommages collatéraux sont invisibles à ceux qui les provoquent ... donc ils n'existent pas puisqu'ils restent absents de leur champ de vision.
Et d'ailleurs les 1% ne ménagent pas leurs efforts pour remplacer le champ de vision des 99% par des "champs de croyances" .... garantis 100% "OGM de la pensée" :-)

Écrit par : Pierre C. | 30/12/2011

Les commentaires sont fermés.