Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2014

A propos de l’Etat (1)

 

 

Si l'on regarde un peu du côté des sciences naturelles, on découvre qu'il n'existe pas de cellule qui ne soit enveloppée d'une membrane, laquelle filtre tant ce qui sort de la cellule que ce qui y entre. Sans cette membrane, la cellule ne pourrait pas survivre: faute d'être protégée, sa substance serait dangereusement adultérée par les intrants non filtrés; faute d'être retenue, elle se répandrait au dehors. Les cellules sont les briques des organismes évolués: ceux-ci n’existeraient pas sans les combinaisons complexes qu’elles peuvent former entre elles. Lynn Margulis a montré que notre propre corps est l’héritier de très anciennes bactéries qui ont su s’associer, formant des colonies, puis des colonies de colonies et des colonies de colonies de colonies, etc. A tous les niveaux de cette organisation, on retrouve une sorte de frontière, car aucun être vivant ne peut exister sans une fonction qui distingue le dedans du dehors, le soi du non-soi. Il s’agit là, en fait, d’un processus identitaire fondamental, et, qu’il s’agisse d’une bactérie, d’une personne ou d’un peuple, il n’est pas d’existence sans identité. 

 

Sous l'influence de l'opium mondialiste, la plupart des nations occidentales ont aminci les membranes qui permettent aux cellules que sont les communautés nationales de s'organiser intérieurement en fonction de leurs valeurs et de leur représentation de l’humain. Derrière les phénomènes économiques, sociaux et financiers, c'est la possibilité d’avoir une identité et un projet de société que nous évacuons. Mais c’est en outre un marché de dupes, car nos renoncements ne servent qu’à renforcer ceux qui nous invitent à les consentir et qui, bien loin d’en faire autant, s’enrichissent en nous colonisant. Si, sous l’effet des idéologies, de l’enfumage culturel et des peurs, nous laissons nos enveloppes devenir de plus en plus poreuses, d’autres en effet accroissent leur capacité à persister dans leur être. Ce que nous perdons en identité, ils le gagnent en pouvoir. Le phénomène est particulier car, jusqu’à présent, gagnants et perdants étaient des puissances de même nature - royaumes, peuples ou nations - qui cherchaient à étendre un territoire physique ou à le défendre. Aujourd’hui, nous assistons - aveugles semble-t-il - à rien de moins que le dépérissement des Etats au profit d’une puissance d’un ordre différent, celle des appétits privés et de leurs organisations. Cette puissance engendre une sorte d’Etats virtuels, apatrides qui n’ont pour contours que ceux des masses de produits et de capitaux qu’ils envoient comme des armées envahir la Planète. Alors que les Etats traditionnels, grâce à leurs constitutions et aux règles qu’ils édictent, peuvent se donner pour fonction de protéger la communauté nationale et d’organiser une société plus juste, ces nouvelles puissances ne connaissent par nature que la loi de la jungle. Elles enfoncent toutes les portes afin que plus personne ne soit à l’abri leur voracité.  

 

Face à cela, nos pays sont dans l'état de cellules qui auraient renoncé à filtrer ce qui entre en elles - produits, dogmes, finance empoisonnée, réglementations. En même temps, leurs esprits affaiblis par des idéologies qui ont remplacé la conscience de soi et de leurs intérêts légitimes, ils laissent s’échapper leur substance propre. Que voulez-vous faire, par exemple, si par le biais de normes internationales adoptées sous l'influence d’intérêts privés qu’on n’a même plus le cran de remettre à leur place, on nous conduit à donner l’exclusivité à tel type d'agriculture, d'enseignement ou de système de santé ou encore si l'on rend illégale la forme de solidarité nationale que nous avons mis plusieurs générations à construire ? Que voulez-vous faire si, vous étant ouverts aux quatre vents, vous devez détruire ce que vous aviez bâti afin de seulement résister à votre mise en concurrence délibérée avec des esclaves proches ou lointains ?

 

Le paysage serait incomplet si je me limitais au duo entre un Etat démissionnaire et une ploutocratie conquérante. Comme dans l’histoire bien connue des deux larrons en foire, un troisième apparaît qui pourrait bien s’emparer du magot - un magot qui, en l’occurrence, est l’avenir. Raymond Ruyer, le philosophe de Nancy inventeur de la «gnose de Princeton» avait annoncé le processus d’autodestruction dans lequel il voyait l’Occident engagé. Parmi les publications de l’époque censées issues de ce courant de pensée, il y avait une thèse dont j’ai hélas! oublié le titre et l’auteur - et le livre est au fond d’une caisse, victime d’une succession de déménagements. Mais sa simplicité et son évidence m’avaient frappé: la pérennité d’un peuple a pour fondement les deux piliers de la nature et de la culture. Pour emprunter au vocabulaire mathématique: les deux sont à la fois nécessaires et suffisants. Un peuple durable est celui qui, d’une part, se reproduit biologiquement, et, de l’autre, a chevillées à l’âme des croyances simples - la foi du charbonnier - et des rituels tout aussi simples qu’il transmet à ses enfants. C’est la double hélice d’ADN des populations humaines: l’une des spirales transmet l’identité biologique, l’autre l’identité culturelle. Et cela suffit. Point n’est besoin d’un territoire physique où s’enfermer et qu’il faudrait défendre. L’histoire des Hébreux, leur diaspora et la vision que le prophète Esdras se fait d’une terre d’Israël qui est dans le coeur et les textes sacrés, illustrent ce processus. Le réveil actuel de l’Islam nous montre, dans le jeu des acteurs que j’ai esquissé, une troisième voie de conquête du long terme. Vous remarquerez, au surplus, que cette conquête n’est pas intrinsèquement violente. Ce n’est pas une troupe armée jusqu’aux dents qui déferle sur un village, enfonce les portes et jette les gens à la rue. Si conquérir un territoire physique demande d’envoyer des hommes à la mort, pour conquérir l’avenir à long terme il ne sert de rien de creuser des tranchées ou de livrer des batailles. Il s’agit de bénéficier d’un différentiel de croissance. Il suffit de remplir l’espace biologique et culturel que les autres abandonnent. Les richesses matérielles seront données en surplus.

 

Un peuple est une création permanente. Il apparaît un jour - la France, par exemple, est issue du melting pot où se sont brassés dans la succession des siècles les Celtes, les Romains, les Barbares, les Normands et bien d’autres encore - et, en même temps qu’il se compose, se recompose et s’élargit comme une famille, il élabore et se raconte une histoire qui fait tenir ensemble l’hétérogénéité de son parcours et de ses composantes, et, surtout, qui lui permet de se penser lui-même. Au cours de cette genèse, l’Etat apparaît et, illustration du principe de récursion mis en lumière par Edgar Morin, l’Etat et le peuple entrent dans un processus de création réciproque. Alors, oui, dans ce processus, nous avons parfois souffert de la lourdeur, de l’arbitraire, des erreurs et des injustices éventuelles de l’Etat. Mais, si l’on prend par exemple le programme du Conseil national de la Résistance ou, à la même époque, de l’autre côté de la Manche, celui du gouvernement de Clement Atlee, force est de reconnaître que nous avons eu besoin de l’Etat pour poser les bases d’une société qui soit moins livrée à la loi du plus fort. Cependant, les propriétaires de capitaux ont trouvé qu’ils pourraient s'enrichir bien davantage sans ces contraintes coûteuses, et le citoyen, devenu consommateur, a trouvé qu’il pourrait consommer davantage et plus librement si, par exemple, on pouvait faire travailler des peuples lointains plutôt que son voisin de palier. Sur une aspiration à «moins d’Etat» et de réglementation, les uns et les autres se sont retrouvés dans ce que Marx appelle une alliance objective. Ils ont travaillé à miner le projet social et le rôle de protection du système politique, en commençant par les déconsidérer dans les esprits. L’Etat, la nation? Ringards! Le Welfare state ? Un rêve de poules mouillées! - Cherchez donc à qui le crime profite réellement.

 

Trop d’Etat ? C’est toujours possible. Mais il peut y avoir trop d’Etat dans un domaine et pas assez dans un autre. C’est une distinction fondamentale qu’on oublie de faire. Alors, avez-vous regardé de quoi se compose le «trop d'Etat» ? Quand  certaines législations européennes, suscitées par les lobbies en quête de flux monétaires, se substituent à notre législation nationale et viennent réduire notre liberté d’avoir notre projet de société, est-ce du «trop d’Etat» ou du «pas assez d’Etat» ? Quand tel ou tel organisme qui se qualifie de mondial met le pied dans notre porte négligemment entre-baillée, s’assied dans notre salon et décide de ce qui est bon pour nous sur le plan de l’emploi, du commerce, de l’alimentation ou de la santé, est-ce un «trop d’Etat» ou un «pas assez d’Etat» ?

Commentaires

Bravo Thierry, tu exprimes clairement et sans agressivité un constat que beaucoup d'entre nous font plus ou moins implicitement. Et maintenant ?
Pour ma part je radote cela auprès de mon entourage qui manifeste peu ou prou son accord, n'est-ce pas un peu mince...

Écrit par : mayer | 12/01/2014

Les commentaires sont fermés.