Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2014

A propos de l’Etat (3)

 

 

L’entreprise industrielle connait bien cet antagonisme entre le moteur de conformité et l’instigateur de divergence. Elle fait le produit mais bien moins que le produit ne la fait: des machines aux êtres humains, tout y est ordonné à sa fabrication. Celle-ci consistant dans la reproduction mécanique et fidèle d’un modèle initial, l’entreprise est donc, par nature, un moteur de conformité. Mais l’entreprise, au cours de sa vie, peut avoir besoin de se réinventer. Un certain nombre de grandes faillites - dont celle de Kodak - proviennent de n’avoir pas vu venir - ou même d’avoir refusé de voir venir - une innovation radicale comme celle que constitue le passage de l’argentique au numérique. Avec tout l’aveuglement que peut conférer une grande réussite, la firme créée par George Eastmann en 1881 s’est finalement suicidée. L’histoire de Kodak, parmi tant d’autres du même jus, souligne combien l’articulation du moteur de conformité avec l’instigateur de divergence est un art difficile qui se heurte notamment à tout ce qui peut engendrer la dérive de l’intelligence: les habitudes, les croyances, l’égo, l’hybris, la peur...  Au delà, l’histoire de Kodak pourrait être aussi une parabole: celle du sort qui menace notre manière non pas de produire des images mais tout simplement de vivre à la surface de la planète. Car ce que nous avons à réinventer, c’est un bonheur compatible avec ce que la Terre peut nous donner. 

 

Pour ne pas seulement prêcher des idées mais nourrir concrètement la réflexion, je vais évoquer deux démarches que je trouve très inspirantes sous l'angle de l'ingénierie sociale.

 

D’abord, j’ai mémoire d’un très intéressant témoignage, celui du responsable de l’innovation d’une grande entreprise française dans les années 90. Nous nous sommes perdus de vue et je ne sais pas si le modèle que je vais vous décrire a survécu aux changements successifs d’actionnaires et de PDG qu’a dû connaître l’entreprise. Mon interlocuteur avait reconnu la difficulté d’articuler les deux logiques et encore plus les deux populations. Il avait pris en compte le fait que les motivations et les freins des «innovateurs» sont autres que ceux des «agents de conformité». Non seulement leurs motivations sont différentes, mais aussi les conditions de leur efficience. Le dispositif imaginé consista dans la création, autour des projets confiés aux innovateurs, d’une bulle qui leur permettrait de fonctionner à leur manière, qui les protègerait donc des gardiens et de leurs procédures, mais qui protègerait aussi l’entreprise de leurs modes de fonctionnement parfois à la limite de ce qu'un agent de conformité nommerait rapidement transgression. On en revient à la membrane filtrante que j’ai évoquée dans une chronique précédente. Celle-ci, en l’occurrence, se composait d’une double règle du jeu, à savoir celle qui régissait les engagements de l’entreprise à l’égard de la bulle, incluant les ressources qu’elle mettait à sa disposition, que complétait celle des engagements des occupants de la bulle à l’égard de l’entreprise. Je vous laisse à imaginer les dispositifs que cette gestion de l’exception pourrait inspirer dans d’autres domaines, comme la revalorisation des terrains vagues au pied des «cités», la production locale d’énergie, etc.

 

Mon autre exemple, tiré encore du milieu entrepreurial, est celui de FAVI, une fonderie située dans la Somme. Cette entreprise, depuis trente ans, bien qu’elle exerce son activité dans un domaine de concurrence féroce qui aurait pu donner à ses actionnaires une grande envie de délocalisation, est sur une trajectoire hors du commun tant dans le domaine de la qualité et de la rentabilité que dans celui de la motivation et de la satisfaction de ses salariés. Alors président-directeur général, Jean-François Zobrist décida un jour de supprimer l’encadrement, les contrôles, la bureaucratie et, pour résumer en un mot, l’infantilisation des ouvriers. Il décida de leur confier rien moins que l’avenir de l’entreprise. Ce qui en résulta, je viens de l’évoquer. Cette révolution eut un point d’appui - l’attachement des ouvriers à leur territoire - et un facilitateur: le PDG qui mit en place les outils et veilla rigoureusement lui-même au processus de cette émancipation. Pouvez-vous imaginer une transposition de cet exemple à un quartier, un village, une région, avec un élu qui tiendrait, pour des citoyens réinvestis de leur responsabilité et de leur intelligence, le rôle de Jean-François Zobrist ? Bien sûr, il serait à craindre que, dans ces conditions, la carrière politique perde de son attrait pour certains.

 

La seule langue du dialogue avec un monde qui change est l’expérimentation. Pour pouvoir parler cette langue, il convient d’ouvrir - ou de rouvrir - des espaces de liberté. L’Etat, aujourd’hui, nous donne l’impression qu’il nous entrave toujours davantage et cela tout en nous livrant au retour de la loi de la jungle. Il semble se faire le relai docile d'injonctions étrangères plutôt que le représentant, le catalyseur et le protecteur de notre communauté nationale. En bref, il nous met dans la situation où nous devrions inventer notre survie, réinventer notre vie, mais les mains attachées dans le dos et le boulet aux pieds. Depuis l’inspecteur de l’URSSAF qui aligne un bistrot parce que les consommateurs y rapportent leur verre au comptoir (1) jusqu’à la législation sur le jardinage (2) en passant par ces édiles, devenus des princes, qui une fois élus ne veulent plus que les citoyens se mêlent des affaires de leur territoire (3), on n’en finirait pas de recenser les mesures, les interventions et les comportements qui engendrent la double contrainte de devoir s’en sortir en étant de plus en plus étroitement ligoté. Alors que l’humanité est engagée dans une métamorphose dont l’Histoire nous donne peu d’exemples, plutôt que vouloir nous faire passer à tout prix dans la même filière à extruder - oeuvre en grande partie de bureaucrates européens et de lobbies américains - le rôle de l’Etat me semblerait être d’encourager et de protéger la multiplication de bulles d’expérimentation dans tous les domaines. Il lui reviendrait de nous rendre de notre liberté en faisant la chasse aux règlementations qui, issues souvent de bonnes intentions mais parfois aussi d’une idéologie ou d’une manipulation par des groupes d’intérêts, nous empêchent d’expérimenter. Sinon ? Eh! bien, sinon, un jour où la double contrainte sera insupportable, il nous restera la colère, la transgression et la violence.

 

Nous avons besoin d’un écosystème de la créativité sociale. C’est le rôle de l’Etat de le susciter, en accordant un cadre juridique, des espaces, et parfois des moyens(4). Mais conclure là-dessus, même si c’est dans le cadre d’une modeste chronique, me semble insuffisant. Si l’action de l’Etat, aujourd’hui, paraît n’être que la résultante de groupes de pression internes ou externes en coalition ou en concurrence sur notre dos; si nous avons le sentiment que la communauté nationale se fracture en continents aux intérêts antagonistes qu’une dérive éloigne les uns des autres; si, même, la question du racisme et des communautarismes occupe obsessionnellement le devant de la scène - c’est qu’aucun de nos hommes politiques n’a une vision de la France capable de transcender les clivages et de fédérer les énergies et les espoirs de tous ceux qui vivent sur son sol. Faute d’une grande histoire à nous partager, nous devrons nous contenter, chacun dans notre coin, d’écrire de petites histoires. A tout prendre, c’est mieux que laisser tenir notre plume à d’autres. Je crains cependant que cela ne puisse tout résoudre.

 

(1) http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20131230trib000803095/travail-dissimule-les-urssaf-usent-et-abusent-de-leur-pouvoir.html 

 

(2) http://www.developpementdurable.com/conso/2013/05/A6663/faire-son-potager-pourrait-devenir-illegal.html et http://midi-pyrenees.france3.fr/2014/01/15/des-petits-mar...

 

(3) Propos d'un élu représentatif de l'espèce recueilli par l'auteur.

 

(4) Qu'il s'agisse d'un revenu minimum de base comme peut le réclamer Pierre Larrouturou, d'une "dot" telle que la promeut Jean-Michel Truong http://www.jean-michel-truong.com ou d'autres systèmes. 

 

Les commentaires sont fermés.