UA-110886234-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/01/2019

Et si, en 2019, vous passiez de l’adaptation en souffrance à la dynamique de l’évolution ?


 
 
Que diriez-vous si 2019 devenait votre année de renaissance ou de ré-épanouissement ?
 
La clé de l’un de nos épanouissements est l’alliance de nos capacités avec nos passions. En ce qui me concerne, j’ai mis des années, parfois de galère, à discerner de quelle manière je pouvais atteindre cette harmonie. C’est une sorte de chemin initiatique sur lequel chacun d’entre nous avance à sa vitesse et en fonction des circonstances.

 

 Souvent, c’est notre environnement qui, en se transformant, ne nous procure plus la satisfaction de nos besoins fondamentaux. Nous sommes alors aiguillonnés par l’inconfort quand ce n’est pas l’instinct de survie.


 Mais, de toute façon, du fait même que nous avançons, nous nous transformons aussi. Quels que soient nos accomplissements, et même grâce à eux, de nouveaux intérêts peuvent venir bousculer les anciens tandis qu’une connaissance plus profonde de nous-même attise discrètement d’autres rêves.

 

 Difficulté: entre temps, nous nous sommes installés.

 

 Alors, nous hésitons à raviver l’alliance étouffée. Par lassitude, routine, peur ou aveuglement. Souvent sous la pression d'un milieu ambiant raisonnable qui ne manque pas de nous rappeler ce qui est bon, pertinent, appréciable. Après tout, nos talents, notre intelligence et notre volonté ne nous permettent-ils pas de nous adapter, de durer - pour ne pas dire « endurer » - et même, du moins jusqu’à l’usure dangereuse, de rester performant ?


 
Nous sommes nombreux, je le crois, à vivre à un moment ou l’autre de notre existence cette forme d’adaptation extérieurement confortable. Mais essayez de parler autour de vous de ce que vous ressentez. « De quoi te plains-tu ? A notre époque ! Tu as un job, de l’argent, la sécurité… »

 

 Comment avouer que cette adaptation « réussie » nous laisse un goût de cendre ? Qu’elle a pour prix un renoncement. Un renoncement à quoi d’ailleurs ? Souvent, nous ne saurions même pas le dire. Car c’est tout juste si nous n’avons pas honte de ressentir ce que nous ressentons. Alors, aller creuser derrière la honte… Au mieux, nous nous trouvons des accommodements. A côté de l’essentiel. Ailleurs. Et, de reculs en reculs, la vie passe.


 Dans la mesure où vous vous reconnaissez peu ou prou dans les lignes qui précèdent, pourquoi ne feriez-vous pas de votre année 2019 quelque chose de meilleur pour vous ?


 J’ai évoqué ma propre expérience. J’ai eu en charge, pendant près de vingt ans, la formation des dirigeants au sein d’une entreprise française coopérative de premier plan. Un métier passionnant où j’ai pu, dans le droit fil de mes valeurs, réaliser une partie de ce qu’il y a en moi de créativité et de goût du partage. Mais j’avais commencé ma vie professionnelle bien loin de là. Cela, par suite d’un concours de circonstances où ce qui joua le rôle principal fut mon ignorance de qui j’étais vraiment et de ce que j’aurais pu faire d’autre. D’évidence, cette première activité n’était pas pour moi, mais j’ai mis des années à découvrir que je pouvais faire autre chose. Ce fut une expérience qui me coûta cher, très cher. Sur le plan financier, car, on a beau se forcer, il vient un moment où l’on n’arrive même plus à assurer une performance minimale. Mais surtout sur le plan psychologique: l’image de soi que l’on se forge au creuset de l’échec peut être destructrice. Sur le plan de la santé, j’ai frôlé la catastrophe. Il me fallut une rencontre providentielle.

 

 Depuis lors, je me suis intéressé de très près aux processus - tant intérieurs qu’extérieurs - qui nous dépossèdent de nous-même et à ceux qui, à l’inverse, peuvent nous libérer. Je me suis demandé ce qui aurait pu m’aider à abréger mon purgatoire. J’ai beaucoup observé, beaucoup lu, beaucoup réfléchi. Je suis arrivé à une certaine compréhension qui m’a donné envie de tendre la main à ceux qui pourraient être en souffrance comme je l’ai été.

 

 C’est ainsi que j’en suis arrivé à concevoir mon parcours Constellations. J'y ai mis la somme de mon expérience et de mes réflexions. Je l’ai fait pour tous ceux qui, comme moi, à un moment donné, ne se reconnaissent plus trop dans leur vie et ont besoin de faire un pas de côté. Sans forcer. Sans rien casser. Sans prendre de risque. En douceur.

 

 J’ai une invitation pour vous, gratuite et sans engagement.

 

Je vous propose de participer à la « session de découverte » de Constellations que j’organise à Paris, le vendredi 1er février, de 14 heures à 17 heures 30.

 

Ce sera comme une dégustation. Pendant une heure et demie, vous vous trouverez dans la situation de quelqu’un qui s’est engagé dans ce parcours. (Vous aurez même reçu quelques jours avant, à titre confidentiel, un document pour vous préparer.) Ensuite, cette dégustation faite, vous pourrez poser toutes les questions que vous voulez.

Si vous êtes intéressé(e), un petit mail à thygr@wanadoo.fr.

En attendant, veuillez accepter mes meilleurs voeux !

Thierry Groussin.
 
PS:

1/ Si vous voulez d’abord en savoir davantage, soit par écrit, soit au téléphone, j’essaierai de satisfaire votre curiosité !

2/ Si vous connaissez quelqu'un que cette information pourrait intéresser, faites suivre sans hésiter !

Commentaires

Bonjour Thierry,
Votre dernière note m'a beaucoup plu. Je sais combien elle est sincère. J'ignore dans quelle mesure votre formation du 1er février peut m'être utile ; je suis plutôt satisfaite de ma vie. Votre démarche m'intéresse. Elle rejoint d'une certaine manière la mienne, toute tournée vers les mots et leur partage, la recherche d'une plus grande créativité et dle bonheur qu'elle nous apporte. Dites m'en plus. Bonne année, Thierry. A cette ocasion, je vous embrasse. Emilie Kah Garrigues

PS Votre adresse mail thygr@wanadoo.fr ne semble pas valide

Écrit par : Emilie KAH GARRIGUES | 01/01/2019

Bonjour Emilie,
Ravi de vous lire !
Ce mail est bien valide, mais vous êtes la deuxième personne depuis hier à me poser la question. Pouvez-vous me décrire ce qui se passe et m'envoyer vos coordonnées ? (Je ne les retrouve plus).
Bien à vous,
Thierry.

Écrit par : Thierry | 01/01/2019

MERCI A VOUS
BIEN CORDIALEMENT

Écrit par : Meiss Monique MEISS | 02/01/2019

Écrire un commentaire