Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2008

Illusionnisme

 

 

Cette note figure désormais dans le recueil

Les ombres de la caverne

Editions Hermann, juillet 2011

Commentaires

Merci Thierry pour m'avoir donné l'idée d'utiliser ce powerpoint d'illusioniste à des fins pédagogiques. Le sujet que tu traites est au coeur de nos réflèxions à l'EFH. Il s'agit de distinguer concentration et attention. Nous concentrer sur un aspect, un détail nous fait très souvent baisser notre niveau d'attention. Nous sommes encore une fois dans le paradoxe. Dans les organisations, se concentrer sur l'objectif est un mot d'ordre rarement remis en cause sauf par des uluberlus comme nous qui, sans remettre en cause cette notion d'objectif, conseillent de relever également le niveau d'attention afin de voir la menace comme l'opportunité, de conserver son autonomie de penser, son sens critique et surtout d'être dans le présent. C'est donc bien un paradoxe que de se projeter (dans le futur) avec une notion d'objectif et d'être présent (ici et maintenant) afin d'être attentif et de vivre toute la densité de notre existence. Concentration et attention sont deux fonctionalités diffèrentes de notre cerveau , la simultaneïté de leur utilisation est possible. L'humain est formidable dans sa constitution!
Frédéric le Bihan
www.efh.fr

Écrit par : Le Bihan | 27/11/2007

Merci, une foi de plus, Thierry, pour une réflexion qui nous emporte vers un peu plus de hauteur, de distance. Je ne me souviens plus qui disait que le travail nous libère puisqu'il nous permet de développer des compétences qui nous confèrent d'avoir un peu plus de maîtrise sur les événements, donc de moins en dépendre. Serges Moscovici disait que prédire le monde et le mettre sous contrôle apparaissait être l'objet de bien de nos démarches.
L'usage que tu fais de ce jeu me renvoie à l'idée de Michel Maffesoli que, dans cette ère postmoderne, nous prenons de plus en plus l'habitude de décider sur de l'information et non sur de l'analyse. Du coup, la manipulation de l'information devient doublement efficiente : non seulement je vais décider sur ce dont on m'informe mais la forme manipulatoire de sa donation m'échappe puisque analyser a quitté mes pratiques...
Encore merci Thierry !

Écrit par : Jean-Marc SAURET | 28/11/2007

Ce que tu décris, Thierry, sont deux biais cognitifs qui reposent sur des schémas mentaux peu pertinents en situation : le premier correspond aux "normal accidents" tel qu'ils sont nommés en gestion du risque, le second est l'effet "halo".
La liste est longue. Un extrait sur wikipedia [en]

Écrit par : swimmer21 | 30/04/2008

Le lien ici http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_cognitive_biases

Écrit par : swimmer21 | 30/04/2008

Les commentaires sont fermés.