Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2008

Voraces

 

 

Cette note figure désormais dans le recueil

Les ombres de la caverne

Editions Hermann, juillet 2011

Commentaires

Slavoj Zizek écrit dans un de ses livres que le désir s'oppose au bonheur, car il est le fait des éternels insatisfaits, mais les "désireux" sont amoureux, créateurs, inventeurs, AMATEURS. Thierry ici nous parle des insatisfaits guidés par le pôle opposé - l'envie - CONSOMMATEURS (et consumateurs) de richesses, de biens, d'objets, des autres, d'eux-mêmes. Donc le manque est bien éternel, mais son orientation varie, guidée par l'imaginaire créateur de possibles (qui ne déplaît pas à Andreu Sole) ou par l'imagination productrice de réflexes conditionnés, "focusés", comme je l'entendais cet après-midi encore dans la bouche d'une communicante patentée (!?). Alors oui, pour celui qui lit les formes sous-jacentes au mouvement de notre société, il est probable que nous approchons d'une forme de saturation de l'explosion prédatrice du monde. "Les gâtés gâtent leur gâterie", énonce Peter Sloterdijk. Et après ? La catastrophe (écologique) nous contraindra. A moins que nous ne revenions avant cela aux doux temps de la domestication, appelés de ses voeux par le même Sloterdijk, mais attention, prévient-il, un humanisme angélique ne suffira pas. C'est à l'humanisation active, à travers l'exercice de relations créatives, qu'il convient de s'atteler. Ce qui manque tellement cruellement aux prédateurs de tous poils, Gremlins de notre temps, cités par Thierry.

Écrit par : Christian Mayeur | 21/10/2008

Le combat des Horaces et des Curiaces ?

Écrit par : swimmer21 | 21/10/2008

Merci, Christian, d'avoir rappelé qu'il y a le désir créateur et le désir destructeur, Eros et Thanatos.

Écrit par : Thierry | 22/10/2008

Les commentaires sont fermés.