Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/06/2009

Incivilités et citoyenneté

Je reçois de René Chaboy un fichier powerpoint rendant compte - images à l'appui - d’une opération de nettoyage des berges de l’Aveyron effectuée à pied et en barque par une cinquantaine de bénévoles. Les chiffres parlant d’eux-mêmes, je vous les livre bruts.

 

Longueur du tronçon de rivière concerné : 10 km.  

 

 

Nature des déchets : des tôles, une machine à laver, une moto, des casseroles, des balais, des pneus (22), des chaussures (128), des pièces automobiles, des sacs et des films plastiques (plus de 4 mètres cubes), des bouteilles en plastique (317), en verre (132), des canettes en métal (431), des boîtes de conserve (90), des bombes aérosol (19), des plastiques durs (bidons, etc. : un mètre cube), des tissus et des matelas (2 mètres cubes), des jouets (plusieurs centaines), des appareils électroménagers et audiovisuels, des palettes, des agglos, des stratifiés, du polystyrène, des produits toxiques (piles, batteries, dissolvants…).

 

Volume des déchets collectés : plus de 40 mètres cubes.

 

Poids total : 5400 kilos !

 

Pour, je le rappelle, dix kilomètres de rivière soit 20 km de berge…

 

Il faut féliciter les bénévoles. Mais que dire à ceux qui leur ont procuré ce travail afin qu’ils adoptent d’autres comportements ?

Commentaires

Je suis surpris que, parmi les encombrants abandonnés au bord de l'Aveyron, on ne trouve pas l'Inspecteur d'Académie de l'Aveyron, eu égard à sa conduite scandaleuse dans la gestion des postes de l'enseignement public!!! Mais tu le sais bien: je suis un laïcard obtus... Après tout, mieux vaut, peut-être, que l'Inspecteur d'Académie reste dans son bureau: au-delà d'un certain seuil d'assimilation d'ordures, les rivières deviennent des lits sans vie.
Comme l'Ecole de la République...

Écrit par : balout | 28/06/2009

Jamais entendu parler de ce lascar...

Écrit par : Thierry | 28/06/2009

Ce qui est malheureux c'est que les gens regardent avec tristesse la nature se dégrader mais contribuent "consciemment" à la détruire.

Écrit par : Hayat | 28/06/2009

Et si, contrairement à ce que prône notre bon esprit macho, on remettait à la mode la capacité de s'émerveiller des choses simples ?
Apprendre aux enfants à regarder avec tendresse une abeille butiner plutôt que de se précipiter en criant de faire attention à ne pas se faire piquer ... Ensuite c'est plus facile d'expliquer que ce qu'on jette dans la nature l'abîme... donc on rammasse systématiquement. Donner du sens à un geste, ça aussi c'est de l'éducation.
C'est peut-être ce qui manque aux enfants dans les écoles : retrouver le sens profond de ce qu'ils apprenent et pourquoi il leur est indispensable de l'apprendre ! Question de survie tout ça !

Écrit par : Anette | 29/06/2009

Bonjour,

Hélas, le phénomène ne se limite pas à cette seule rivière.

A propos, je crois me souvenir que Chirac du temps où il était encore Maire de notre Capitale au siècle dernier avait promis qu'on pourrait bientôt se baigner sans problème dans la Seine.
Est-ce encore une promesse qui n'engage que ceux qui les écoutent et qui ont une bonne mémoire ?

Pour revenir à l'Aveyron, ne crois-tu pas que si les bénévoles ont trouvé aussi facilement ces traces de notre civilisation de l'ère anthropocène, c'est parce qu'une bonne part d'entre eux ont contribué à les y mettre, à l'instar des pompiers incendiaires luttant contre les feux estivaux ?

Cordialement
JLB

Écrit par : Jacques Le Bris | 04/07/2009

Les commentaires sont fermés.