Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/08/2009

Cuisson de la grenouille

 

Cette note figure désormais dans le recueil

Les ombres de la caverne

Editions Hermann, juillet 2011

Commentaires

C'est bien ça : depuis la chute du mur de Berlin, nous n'avons plus d'ennemis externes à fustiger, plus d'incarnation tangible pour canaliser nos pulsions agressives..l'ennemi est maintenant informe et flou (sauf les islamistes -cf Iran- qui n'y vont pas de main morte faut dire que...tiens, ça fera peut-être bien l'objet de "notre" prochaine cible ?)

Conséquences désatreuses : le doute que l'ennemi est peut-être en nous mêmes...devons nous continuer à consommer ?, quelles valeurs porteuses pourrions nous suivre pour continuer nos constructions humaines ...

l'ennemi sert à se structurer contre...dans l'éducation des enfants, les psychanalystes ont observé que les enfants se construisent sur un "négatif" , telle l'image de la photo argentique qui apparait à partir du négatif.

Plus de négatif structurant, plus de dieu menaçant, des parents accaparés par gagner leur vie - au risque perdre la transmission !

et nous devenons nos propres ennemis

... dans la douce solitude du narcissisme et sa cohorte de turpitudes et d'illusions : la toute puissance recherchée à tout prix pour certains et la survie pour les autres...

"Alors on fait comment ?" demande Thierry
On essaie de devenir une société d'adultes sans imago à combattre : dur dur !

Pour le reste, je suis d'accord avec toi, Thierry : nous sommes dans un déclin qui semble inéluctable...n'est ce pas l'éternel recommencement de l'histoire et de ses civilisations successives ?
A moins que ...l'Imprévu ...? Viens par là que je te raconte une histoire..il était une fois etc...

Écrit par : martine gentis | 10/08/2009

Les commentaires sont fermés.