Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/02/2010

Noisettes et oignons

Lexpress_banques.jpgEn période de disette, l'écureuil qui a le plus gros tas de noisettes et qui sait les protéger a le plus de chance de survivre. Pourquoi croyez-vous que les riches veulent devenir de plus en plus riches ? Pourquoi, alors que la misère s'accroissant et que des pays roulant à la ruine, ces pratiques n'ont jamais été aussi impopulaires, pourquoi les banquiers continuent-ils à s'attribuer des bonus de plus en plus astronomiques et les P.-D. G. à empocher des salaires qui dépassent les plus gros gains du Loto ? La peur! Ils savent ce monde au bord de l'abîme, qui fonctionnait jusqu'ici à leur avantage. Ils sentent que la partie approche de sa fin et que la poule aux oeufs d'or est en train de mourir. Alors, ils se disent que, quel que soit le monde qui nous attend, plus ils en auront, mieux à même ils seront de s'en sortir et de protéger leur descendance. Avec cet argent, ils s'achètent des kilomètres de plage, des dizaines de milliers d'hectares de terre, ils établissent des camps retranchés, se font édifier des châteaux-forts et se paient des milices. De quoi dresser une digue contre la marée de misère et de violence qui s'enfle à l'horizon. Je ne suis pas en train de délirer: ces nouveaux fiefs se multiplient actuellement à la surface de la planète. Ceux qui sont beaucoup moins riches mais encore un peu et qui ressentent une inquiétude diffuse la conjurent en achetant l'impression de sécurité que procure un 4x4. Les plus sages, s'ils en ont les moyens, cultivent leur jardin. En tout cas, soyons vigilants: quand les oignons s'enrobent de peaux épaisses, c'est que l'hiver sera long et rude!

09:10 Publié dans Vivre | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : misère

Commentaires

Oui, il va nous falloir nous prémunir contre l'hiver ! L'accumulation de biens comme rempart me parrait fragile et risqué (c'est visible et cela excite l'envie). De mon côté je préconnise l'accumulation de savoirs faire, en particuliers ceux qui permettent de sauver sa peau : savoir ce qui se mange, savoir comment le faire pousser, savoir se soigner.... les savoirs manuels et intellectuels ne sont pas côtés en bourse, ne sont pas périssables, et on l'immense avantage de tenir peu de place pour vous suivre partout !

Amitiés, et si vous avez d'autres idées...

Écrit par : Anette | 02/03/2010

Effectivement, les riches de la planète se protègent de tout et se sécurisent intensément, mais on ne peut oublier que la vraie sécurité est d'abord intérieure et qu'elle influe sur notre propre biologie, c'est l'immunité.
Alors, la sécurité de l'or, des ghettos de riches et des chateaux protège-t-elle des maladies, des cancers que cette peur de l'autre génère ? Non...
Le plus essentiel reste de pouvoir s'alimenter quand on voit la famine monter. Donc la sagesse commence les deux pieds dans le jardin...et non derrière des murs.

Écrit par : Solange Saint-Arroman | 03/03/2010

Bonjour Solange,les deux pieds dans le "jardin" au sens large, la nature qui nous entoure et tous les bénéfices qu'elle nous apporte... oui, en plus de la joie que cela procure de travailler dans son jardin et de voir pousser, éclore, fructifier au premier sens du terme, son travail !

Écrit par : Anette | 18/03/2010

Les commentaires sont fermés.