Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2010

Référendum islandais

Les excès ne se perpétuent qu'autant que les victimes continuent d'accepter la règle du jeu du dominant. Tant qu'on se contente d'aménager l'espace circonscrit par la règle, on ne fait que prolonger une agonie. Le monde, aujourd'hui, ressemble à un gigantesque latifundia entre les mains de la finance apatride. Dans ces imenses propriétés coloniales d'Amérique latine, l'écart entre le salaire versé par le propriétaire et le coût des denrées qu'il vendait à ses ouvriers était tel que ceux-ci ne pouvaient se nourrir. Sauf à s'endetter chaque jour un peu plus auprès du maître, et à endetter leurs enfants et les enfants de leurs enfants. Dans un tel système, négocier quelques sous de plus n'est que desserrer un peu le garrot, le temps que le garroté avale une gorgée d'air, vive encore un peu - le temps d'en tirer encore quelque chose: un peu de production, de consommation et d'endettement.

 

Une injonction fréquente du maître à l'esclave est: "Ne cherche pas à comprendre". On voit clairement pourquoi. Comme le dit Hanna Arendt: penser, c'est résister. Les excès finissent par susciter leurs anticorps et les anticorps de l'esprit, ce sont les questions. L'être humain est tel que, si bien dressé qu'il soit, il finit toujours pas se poser des questions. Cela peut demander du temps. Les prisons sont d'abord dans la tête. Les excès du règne de Louis XIV ont engendré la Révolution mais cela a pris plusieurs générations et il a fallu une combinaison de circonstances particulières pour que les souffrances se transmutent en réflexion et la réflexion en mouvement.

 

La finance mondiale, qui ne produit strictement rien, dans une avidité qui atteint à l'hybris détruit maintenant nos Etats sous nos yeux. C'est l'époque de la cour de Versailles quand, pour se faire reconnaître du monarque et de sa famille, une classe de privilégiés épuise un peuple docile que lénifie au surplus une religion qui s'est trompée de camp. La religion d'aujourd'hui, qui, au contraire de l'ancienne, a toutes les apparences de la rationalité, c'est l'Economie. Entendez: le néolibéralisme. Ses grands-prêtres sont les "experts" mais aussi, hélas! des hommes et des femmes politiques qui se sont fourvoyés hors de leur mission d'intérêt général et nous abandonnent aux mains des garroteurs.

 

Pour autant, le peuple va peut-être rejeter le discours qui le condamne rationnellement à accepter de s'endetter et d'endetter l'avenir de ses enfants. Un signe: les Islandais refusent de payer les pots cassés.

 

Le problème, ce n'est pas la tension du garrot, c'est le garrot.

http://web.me.com/michelkoutouzis/_Michel_Koutouzis/Blog_...

Les commentaires sont fermés.