Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2011

Démocratie (3)

 

 

Après un demi-siècle de société de consommation qui a disqualifié quasiment toutes les pratiques d’autoproduction individuelles ou collectives que nous pouvions avoir, le citoyen doit se méfier de sa tendance à tout déléguer à la puissance publique, de même qu’il a appris à s’en remettre aux marchands pour son approvisionnement en nourriture, en vêtements et en distractions. Or, « l’agent économique rationnel et égoïste » décrit par la théorie économique classique  n’a rien d’un citoyen. C’est un cow boy solitaire qui, tout au plus, entre dans une catégorie commune avec ceux qui ont la même façon de vivre ou les mêmes choix de consommation que lui : propriétaires de 4x4, buveurs de thé, de bière ou de coca, collectionneurs de sextoys ou de CD. Mais, malgré un abus de langage, il ne forme pas pour autant  « communauté » au sens plein du terme, il est incapable de construire un collectif musclé, pérenne et responsable, garant d’une vision de long terme. D’ailleurs -  achèvement du néolibéralisme - ne se retrouve-t-il pas de fait, dans l’économie réelle, en concurrence avec tous ses semblables ? Je vous invite à lire « La dissociété » de Jacques Généreux.

 

Le citoyen, à l’opposé de l’individualiste économique, a le souci du bien commun. Il est et se veut membre d’une communauté de destin. Il s’engage et agit. Est-il, pour autant, un être idéal et imaginaire ? Je ne le crois pas. Pas plus en tout cas que « l’agent économique parfait ». L’être humain, au vrai, est infiniment sensible à l’effet Pygmalion. Il est capable de se faire individualiste ou communautaire selon l’Odyssée qu’on lui raconte (n’est-ce pas, Pierre ?). Cependant, sous cette plasticité, quelque chose résiste au modelage. Je n’en veux pour preuve que cette même idéologie néolibérale qui veut faire de chacun de nous un égoïste rationnel – en réalité un consommateur compulsif - reconnaît implicitement l’être social qu’il y a en nous, puisqu’elle cherche à le mettre à son service. Vous connaissez peut-être l’expression « corporate citizen ». Le « corporate citizen » suppose que, pour ses employés, l’entreprise a valeur de pays et de communauté. D’où les bannières, les slogans, les chartes, les « mission statements », les conventions, les grand-messes, etc. C’est une escroquerie. A d’infimes exceptions près, l’organisation de l’entreprise est davantage militaire que démocratique et ses « corporate citizens » ne sont que de bons petits soldats, appréciés pour leur docilité, même et surtout quand l’entreprise répand la mort et la désolation.

 

Il y a en nous des deux : du citoyen responsable et de l’individualiste égoïste. La question, c’est: auquel donnons-nous les commandes ? Dans « La tragédie des biens communs », de Garrett Hardin, on voit à travers des exemples historiques comment le citoyen vient réparer ce que l’égoïsme prédateur et aveugle a détruit. Mais aurons-nous toujours le temps de réparer ? Aujourd’hui, vous vous sentez plutôt « agent économique rationnel et égoïste » ou plutôt citoyen ?

Commentaires

Et oui, tu as bien raison, mon cher Thierry, de rappeler que l'organisation de l'entreprise tient plus du militaire que du démocratique. Ce sont bien en effet les "bons petits soldats appréciés pour leur docilité" qui tiennent aujourd'hui le haut du pavé dans les hiérarchies, dans les organisations publiques comme privées. Je les appelais jusqu'à présent les "nains de jardin", je les rebaptiserais "bons petits soldats", c'est plus précis. Il ne faut pas oublier que "soldat" comme "salarié" ont la même signification du point de vue éthymologique : la rémunération en sel pour le salarié, la rémunération "solide" pour le soldat. Dans tous les cas, "payés pour". Bien évidemment, la solde comme le salaire supposent une subordination qui n'a rien de démocratique ni de citoyen. La démocratie et la citoyenneté se jouent nécessairement hors des sphères du travail salarié. Il n'est donc pas étonnant qu'une société centrée sur le travail salarié et la consommation ne soit ni démocratique ni citoyenne. Sauf à faire dire aux mots n'importe quoi, comme la pensée dominante le fait depuis près de trois décennies. C'est là tout le drame. La citoyenneté comme la démocratie nécessitent du temps disponible pour la vie sociale en dehors du travail salarié, et nous en avons de moins en moins.

Écrit par : Jean-Marie Chastagnol | 23/03/2011

Eh bien oui ! Tu m'interpelles a juste titre. Pour contribuer au dynamitage en règle de la théorie économique classique que tu as entrepris il y a quelque temps déjà en dénonçant la manière dont elle façonne la vraie vie des "agents économiques", j'ajouterai juste que la théorie économique est elle aussi une Odyssée comme une autre, écrite par des Homers plutôt que par des Homères, et qui viennent eux mêmes d'une tradition et d'une historicité de pensée qui modèle leurs modèles a leur insu. Comme des chercheurs indépendants dont les recherches sont financées en toute independance ... par de grands labos pharmaceutiques. Les "nains de jardin" seraient victimes de leur hypophyse, les bons petits soldats sont recrutés et payés par l'armée du pouvoir moderne (cf. Foucault) et gardés par ses miradors panoptiques et Benthamiens. Mais le soldat n'est pas son uniforme. Il peut faire des tas de choses a partir du moment où on lui restitue son libre-arbitre, et où une contre-Odyssée lui fait réaliser que l'on peut penser autrement.

Écrit par : Pierre | 23/03/2011

Les commentaires sont fermés.