Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/12/2011

Les pièges de la pensée mécanique

 

 

J’appelle « pensée mécanique » une pensée qui ne se pense pas. Sa manifestation la plus visible, ce sont les situations absurdes qu’elle crée et auxquelles elle n’apporte aucune solution, justement parce qu’elle ne se pense pas et que ceux qu’elle guide s’abandonnent à elle par esprit d’obéissance, par soumission sans réserve à la hiérarchie, ou tout simplement par peur ou paresse. Comme le disait le philosophe Alain, et j’aime bien l’image, cette pensée-là ne reflète que la loi de la pesanteur et la chute des corps. Malheureusement, l’absurde n’est pas son unique conséquence. Avec l’absurde, elle engendre aussi, parfois, la barbarie. L’Histoire nous montre à quelles cruautés elle peut conduire les peuples dits les plus civilisés. Dans Les raisins de la colère, l’homme qui s’apprête à raser une ferme devant ceux qui l’habitaient déclare : « Ce n’est pas moi qui décide. J’obéis aux ordres. » Pendant la Seconde guerre mondiale, combien de gendarmes ont-ils fermé les yeux et enfreint le serment d’obéissance qu'ils avaient fait à Vichy, alors qu’on leur demandait de déloger des enfants dont le seul crime était d’être juifs ? Il y avait des lois, des procédures, des ordres. Leur seule pensée était celle du chasseur : traquer le gibier et le livrer.

 

Vous me direz que cette époque est loin derrière nous. Ne croyez pas cela. La pensée mécanique, qu’on peut aussi qualifier de bureaucratique, n’est jamais morte. Elle n’est jamais morte parce qu’elle se nourrit de l'agonie de la vraie pensée qui est une flamme fragile toujours dépendante du courage : le courage d’être seul, le courage d’aller vers les autres, le courage de transpirer un peu du cerveau. Elle n’est jamais morte parce qu’elle fait lit commun avec cette forme de paresse qu’est l’irresponsabilité. « Je n’y suis pour rien. Je ne fais pas la loi. Je ne suis là que pour l’appliquer. » Je vois par exemple ce matin qu’à Grenoble, en toute légalité bien sûr – la pensée mécanique s’appuie toujours sur la légalité – une famille va être disloquée. Le père sera renvoyé au Danemark avec ses trois jeunes enfants tandis que la mère restera derrière les barreaux du Centre de rétention administratif. Notez que, déjà - la pensée mécanique est efficace - les enfants, qui étaient scolarisés, sont derrière les barreaux dudit Centre de rétention. Cela leur fera des souvenirs. Qu'est-ce qui a entraîné cette situation ? Les parents sont en situation irrégulière. Des « sans papier ».  Et il y a des lois pour cela. Le juge n’a fait que son travail. Les policiers n’ont fait que leur travail. Les gardiens de la taule ne font que leur travail. Peut-être retrouverait-on même quelque bon citoyen de la république picrocholine qui, par un coup de fil, a facilité la tâche salvatrice de la police.  

 

Pensée mécanique aussi, et bureaucratique, et irresponsable, que celle qui  fait que nos dirigeants obéissent aveuglément à une tribu d’hommes et de femmes baptisée « agences de notation ». Cette tribu, d’ailleurs, telle la police de Vichy ou les fourriers de l’Inquisition, ne fait elle-même qu’obéir au système dont elle est le rouage. Je n’ai pas entendu dire qu’on y ait détecté des transfuges ou repéré des résistants. La soupe doit être bonne, ou alors les traîtres ont été discrètement réduits au silence. Pourtant, si nous étions des Martiens fraîchement débarqués qui regardent ce qui ce passe dans cet étrange bocal qu’est la sphère économique et financière terrestre, ce que nous verrions serait comique, ne fût-ce la misère qu’on est en train de semer. Cela, au nom d’une idéologie qui se prétend – demandez au fantôme de Milton Friedman – "la seule propre à accroître la richesse". Il est vrai que tous les prophètes du paradis ont sacrifié sans lésiner des générations au nom d'une terre promise qui n'existait que dans leur aveuglement. Mais, plus grave encore que la misère, ce qui est maintenant en jeu, c’est la démocratie elle-même, c’est-à-dire une représentation de l’homme qui soit plus qu’un pur agent économique, une vision de notre vie autre que soumise au double esclavage de la production et de la consommation.  

 

Dans les romans policiers de mon enfance, le héros affirmait doctement : « Il faut chercher à qui le crime profite ». Alors, dites-moi, qui la pensée mécanique – « il faut obéir aux indices et à leur clergé » – est-elle en train d’enrichir ? Surtout, quel pouvoir est-elle en train d’accroître - démesurément - sur toute forme de vie, humaine mais aussi végétale et animale ? Pour les usuriers du monde, il ne s’agit plus de chasser les fermiers impécunieux que nous sommes, nous et nos Etats. Il ne s’agit même plus, prioritairement, de maximiser le profit qu’ils tirent de l’argent qu’ils nous ont prêté. Il s’agit de faire de la Terre leur domaine. Il s’agit de faire de nos représentants de bons vassaux et de nos personnes des facteurs d’enrichissement aussi peu coûteux et encombrants que possible – vous savez : comme les mineurs et les métallos d’avant Germinal.

 

Alors, à quoi ressemblera une Terre où règneront enfin les hyper-riches et leurs bras séculiers que sont les multinationales semencières et pharmaceutiques ou les groupes financiers propriétaires de la Presse ? A quoi ressemblera notre vie quand on nous imposera – pour notre bien et avec le soutien mécanique du Législateur et de la bureaucratie du bonheur - la variété de légumes que nous avons le droit de cultiver et de consommer, les vaccins que nous devons laisser entrer dans nos veines, les informations que nous avons besoin d’avoir et celles que nous devons donner, ce que nos enfants doivent apprendre et croire, le lieu où – selon le sacro-saint Marché - nous devons vivre et travailler ? Et à quoi ressemblera-t-elle, notre vie, quand, complémentairement, toujours pour notre bonheur, on nous interdira le reste ?

 

Qu’on ait pu respecter une religion dont le clergé, au nom d’un dieu d’amour, torturait et brûlait vifs des êtres humains, est resté pour moi un mystère. Qu’on puisse aujourd’hui servir, avec le système qu’elle a engendré, une idéologie qui réduit manifestement le monde à la possession de quelques-uns, ne peut que relever de la naïveté, de la paresse, de la stupidité – ou de la collusion. C’est au nom du droit et du contrat que l’usurier de jadis dépouillait les emprunteurs malheureux. Peu nombreux étaient ceux que cela émouvait : dura lex sed lex ! Cependant, quelques hommes ont placé leur conscience au dessus de ce que couvrait la légalité de leur époque. Ils ne pensaient pas mécaniquement selon les règles du temps. Ils ont créé des syndicats et fomenté des résistances. Ils ont construit des économies parallèles, organisé la solidarité et l’union des faibles face aux exploiteurs. Ils ont amélioré le monde contre ceux qui tentaient de s’en emparer. Ils avaient une éthique. L’éthique est au dessus des contrats. Ils avaient une pensée. Et penser, c’est déjà désobéir.   

 

 

Commentaires

naïveté, paresse, stupidité : le vote sur le droit de propriété des semences, s'il ne soulève pas une réaction vive et efficace, en sera un autre exemple !

Mais comment réagir ?

Écrit par : Bremond d'Ars | 09/12/2011

Par la désobéissance massive. Mais, pour cela, les désobéissants ont besoin d'être solidaires, ils doivent être capables de se rassembler. Sinon la "police du bonheur" pour reprendre l'expression de l'Indiscipliné les étouffera.

Écrit par : Le Jo | 09/12/2011

Wow, Thierry,tu es en grande forme. Je rajoute l'expérience de Stanley Milgram : lorsque la responsabilité de la barbarie est endossée par un homme en blouse blanche (ou plus récemment, un producteur de télévision, représentation moderne du pouvoir moral), c'est 64% des sujets testés qui envoient à leur congénère une décharge électrique d'intensité mortelle, malgré ses hurlements et ses supplications. Placés dans le même dispositif, des chimpanzés arrêtent immédiatement de jouer dès qu'ils comprennent que leurs actes provoquent directement la souffrance d'un des leurs. On n'est pas sortis des ronces...

Écrit par : Pierre | 09/12/2011

Penser, c'est déjà désobéir. Tout est là. Mais le comportement d'obéissance est plus ou moins valorisé selon les temps. Cela fait bien 15 à 20 ans qu'il l'est au plus haut point, sous la triple action du consumérisme, de la mise en scène de simulacres de contestation et de controverse par les medias et de la pensée unique économico-financière véhiculée par l'ensemble des sphères dirigeantes, politiques inclus. Mode de consommation, media, économie, politique, où s'ouvrir des brèches? Sur tous les fronts, simultanément. Contrairement au pessimisme ambiant, je pense qu'une réaction violente se prépare dans notre pays. Qui s'en plaindrait?

Écrit par : Jean-Marie Chastagnol | 09/12/2011

Penser, c'est déjà désobéir. Tout est là. Mais le comportement d'obéissance est plus ou moins valorisé selon les temps. Cela fait bien 15 à 20 ans qu'il l'est au plus haut point, sous la triple action du consumérisme, de la mise en scène de simulacres de contestation et de controverse par les medias et de la pensée unique économico-financière véhiculée par l'ensemble des sphères dirigeantes, politiques inclus. Mode de consommation, media, économie, politique, où s'ouvrir des brèches? Sur tous les fronts, simultanément. Contrairement au pessimisme ambiant, je pense qu'une réaction violente se prépare dans notre pays. Qui s'en plaindrait?

Écrit par : Jean-Marie Chastagnol | 09/12/2011

De mémoire, lors du procès de Nuremberg, la référence, faite par la défense (pour exonérer les accusés), aux ordres reçus, fut combattu par la théorie dit "des baïonnettes intelligentes" me semble t-il ! Selon laquelle il existerais une devoir de désobéissance à un ordre inhumains. Cela explique pourquoi les masse-médiats, diabolisent les gouvernements des pays cibles des interventions (soit disant libératrices), pour que les personnels des forces d'interventions qu'ils engagent, ne se désolidarisent pas de ces actions programmés de pillages des ressources naturelles, et d'asservissement des populations. Beau progrès ! (au 19° Siècles c'était la diplomatie de la canonnière) Je crains qu'il ne soit pas du genre de ceux que l'on arrête !

Écrit par : Pierre | 10/12/2011

Désobéir, c'est évident, mais pas pour tous ceux qui croient encore aveuglément en un système obsolète et nuisible simplement parce qu'ils veulent croire et ne savent où se raccrocher car ils n'ont pas de pensée propre. Trop habitués à ce que l'on pense pour eux. L'éducation et son formatage ont bien oeuvré.
Il faut effectivement sensibiliser, informer, rassembler, éviter de se faire récupérer, et porter les projets d'une société nouvelle où il faudra tout revoir à l'aune du sens, de la solidarité, de l'amour et de la protection de notre planète !
Très bon papier Thierry ! Merci.

Écrit par : Saint-Arroman | 12/12/2011

Les commentaires sont fermés.