Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2013

Donnez-nous de l'espace!

 

 

Cela fait belle lurette que nous avons laissé le monde matériel s’approprier nos âmes. Une des victimes en est le concept d’innovation. Il n’est plus d’ingénierie que d’objet: nouvelle molécule, nouveau produit, nouveau logiciel, nouveau service... En revanche, il est un domaine où nous tournons en rond sans avoir même l’idée que des rénovations sont possibles, c’est celui de la vie des sociétés humaines. Celles-ci sont devenues le chariot bringuebalant qui suit tant bien que mal l’économie matérielle en menaçant de verser à chaque nid-de-poule. La richesse prisée par ce monde, celle qu'il convient exclusivement de produire, n’est que marchande, et elle est produite par des machines ou des mécanismes qui invitent l’homme à les imiter. 

 

Bien qu’elle soit peu à peu de plus en plus connue, «La belle histoire de FAVI» (1) a encore trop peu d’imitateurs. De quoi s’agit-il ? D’une entreprise de fonderie de la Somme qui, depuis trente ans, accumule les succès de tous ordres: rentabilité, compétitivité, respect des délais, niveau de qualité, satisfaction des salariés, stabilité des prix, solidité des emplois... Dans ce secteur tourmenté, ce serait un mystère si Jean-François Zobrist, l’initiateur d’une organisation singulière, n’en témoignait pas urbi et orbi. Jean-François a considéré un jour que ses ouvriers avaient suffisamment de compétence, d’intelligence et d’honnêteté pour qu’on les libère du poids des procédures et des méfiances et de la bureaucratie qui les accompagne. S’il nous annonçait aujourd’hui que c’est ce qu’il entend faire demain, on lui prédirait l’échec et la faillite, on lui rappellerait avec ironie qu’on n’est pas dans le monde des Bisounours, et on oublierait aussitôt cette folie. Seulement voilà: comme je l’ai dit, cela fait trente ans que les ouvriers de FAVI s’auto-organisent, sont en relation directe avec les clients, gèrent eux-mêmes les stocks, innovent de leur propre chef, et que cela marche. Les faits sont têtus. La confiance est féconde. Il y a donc une autre manière de s’y prendre avec l’humain, et même le choix de l’efficacité matérielle ne se réduit pas aux différentes formes de contrôle et de coercition. 

 

C’est dans ce domaine - celui de l’ingénierie des communautés humaines - que je trouve l’innovation singulièrement pauvre. Et, selon moi, il n’en va pas seulement de notre compétitivité industrielle: il en va de rien de moins que d'une démocratie qui ressemble de plus en plus à un simulacre. Entre la gestion des biens privés et l’administration des biens publics, le citoyen n’a plus de territoire propre. D’un côté, pour gagner sa vie, la majorité d’entre nous doit se mettre au service d’entreprises dont l’idéal est de rendre l’humain aussi prévisible, contrôlé - et jetable - qu’un rouage. De l’autre, nous sommes généreusement autorisés à glisser périodiquement des noms dans une urne, puis à laisser faire ceux qui, à l’issue du dépouillement, ont eu le plus gros tas de bulletins.  Deux souvenirs me viennent à l’esprit. Celui, d’abord, d’une jeune femme qui, au vu des valeurs affichées par son entreprise, avait cru bien faire d’évoquer la question du développement durable en comité de direction. A la sortie de la réunion, son directeur général l’a prise dans un coin pour lui dire que le rôle de l’entreprise n’était pas de «sauver le monde». Quant à l’autre souvenir, c’est celui d’une conférencière qui, à la fin de son propos, prônait l’engagement permanent des citoyens dans la production et la mise en oeuvre des solutions locales. Il s’agissait du gaspillage alimentaire, des déchets et de sujets connexes. Le député-maire de la ville, qui assistait à la présentation, eut la courtoisie de ne rien dire en public mais, un peu plus tard, en aparté, il exprima fermement son désaccord: une fois qu’on nous a élus, qu’on nous laisse faire notre boulot!

 

Peut-être, dans les entreprises, malgré l’exemple de FAVI et de quelques autres, le formatage et le contrôle restent-ils une voie de performance plus sûre que celle choisie par Jean-François Zobrist. Mais, s’agissant d’une ville, d’un village, d’une commune, où des dizaines, des centaines ou des milliers d’habitants peuvent donner un peu de leur temps, de leur coeur et de leur énergie à leur territoire de vie, n’a-t-on pas manifestement aujourd’hui, faute de leur donner un espace, une perte considérable ? Et - au surplus - est-on si riche qu’on puisse se le permettre ? A Todmorden, en Angleterre, une poignée d’originaux en mal d’action ont un jour l’idée fumeuse de semer des légumes dans les coins de la ville où cela ne peut que faire du bien. Ces légumes, une fois mûrs, sont à la disposition de ceux qui veulent les cueillir. C’est un acte de générosité, un symbole de solidarité, une invitation à régénérer le lien social, à créer à côté de la sphère marchande et de l’agent économique purement égoïste, une sphère d’amitié et de gratuité. L’emploi se dérobe,  les écosystèmes naturels sont de plus en plus abîmés, nous ne savons pas comment vont vivre nos enfants et ce que va devenir notre société. Eh! bien, justement! nous allons refaire société, et sur des bases renouvelées: celles de la convivialité et du partage. L’idée, si farfelue qu’elle paraisse, plaît. C’est même une traînée de poudre, au point que le mouvement des Incredible Edible, comme il s’est lui-même baptisé, devient mondial (2). Mais que se passe-t-il ici ou là, dans notre beau pays où les initiatives du même ordre fleurissent ? Certains élus ou certains «services techniques» se sentent menacés! Après tout, ils ont trouvé dans l’espace public le territoire sur lequel régner en maître: pas touche! Alors, au lieu d’accueillir l’élan humain qui s’apprête à animer le territoire, on encadre, on cantonne, on met sous observation et «on fera une évaluation plus tard». Voyez-vous ce que cela a de mesquin et de castrateur face à la spontanéité des coeurs ? C’est comme si les bureaux reprenaient possession de FAVI. Dans certaines villes, les plants que quelques Indiens égarés avaient mis en dehors de leur réserve ont été arrachés par le personnel municipal. Multiple gâchis! 

 

L’espace public, qui est le nôtre, nous nous en sommes dépossédés au profit du personnel politique et de ses techniciens qui ont pris l’habitude de décider à notre place de son usage et de son affectation. Nous y sommes au mieux tolérés et sous surveillance, comme les gueux dans les jardins royaux. Nous sommes tenus à l’écart de son administration, alors même que, collectivement, nous sommes depuis la Révolution la source de toute légitimité. En résumé, nous qui sommes les mandants sommes traités comme des mineurs. Ne pourrions-nous imaginer d’élire des personnes qui, au lieu de s’empresser comme aujourd’hui de nous exclure, reçoivent de nous pour mandat d’ouvrir, entre sphère marchande et sphère publique, des espaces où nous pourrions être co-créateurs de biens communs comme les jardins d’Incroyables Comestibles ? Les domaines où les citoyens pourraient ainsi créer des richesses sans qu’il en coûte dix sous à la collectivité, son innombrables. Dans l’exemple de FAVI, l’implication des ouvriers a pour levier la volonté de maintenir l’emploi au pays. C’est dire si l’attachement au territoire est une motivation puissante. Avoir des édiles qui, plutôt que se substituer à nous, se fassent les facilitateurs de ce que nous pouvons créer nous-mêmes au bénéfice de la communauté, est-ce trop rêver ? Certes, c’est changer radicalement la représentation de la réussite politique... 

 

En étendant le domaine de cette réflexion, j’ajouterai encore que, dans toutes les organisations qui reposent constitutionnellement sur une masse de sociétaires, de membres, de bénévoles, dort un tout aussi énorme trésor d’engagements possibles, d’idées et de générosités que parmi les salariés et les citoyens. Encore faudrait-il que les technostructures qui, là comme ailleurs, ont pris le pouvoir et, du coup, ont peur de le perdre, se convainquent que la stérilité est un risque plus grand que la fécondité. Dans le monde qui va émerger, seuls survivront ceux qui auront accepté cette métamorphose. Les autres se dessècheront définitivement sur leur tas d’or (3).

 

(1) http://www.lulu.com/shop/jean-françois-zobrist/la-belle-h...

(2) Connu en France sous l’appellation «Incroyables Comestibles». 

(3) Ces sujets sont abordés dans Commencements 5, cf. notamment les interviewes de Bernard Rohmer, Carlos Verkaeren, Mary Clear et Wojtek Kalinowski. Si vous êtes intéressé, merci de m’écrire à thygr@wanadoo.fr  

Commentaires

Bonjour Thierry,
Merci pour cet article qui atteste de votre inlassable et salvatrice capacité à l'indignation #;0)
Vous citez la Favi et vous auriez tout aussi bien pu vous appuyer sur l'exemple de la biscuiterie Poult, LW Gore aux USA, HCLT en Inde ou encore les SCOP, les colibris emmenés par Pierre Rabhi qui sont en train d'expérimenter in-vivo un nouveau mode de gouvernance participative encore jamais atteint au sein d'une association d'une telle importance, Terre de liens dans le milieu agricole qui arrive à extraire des fermes et des terres du système spéculatif pour permettre à des jeunes porteurs de projets durables de les exploiter (Terre de liens vient du reste d'obtenir l'autorisation de se transformer en Fondation...), etc.
Une (r)évolution tranquille est en marche, conduite pas à pas, action après action, par des citoyens qui ne croient plus au pouvoir ni au vouloir des technostructures.
Ce faisant un contre-pouvoir se met en place sans faire de bruit et d'une certaine façon imperceptiblement.
Il me semble que c'est là un bon chemin. Celui qui consiste à permettre à des citoyens engagés dans une voie plus humaine et plus consciente des enjeux à venir de se regrouper pour démontrer par l'exemple qu'un autre mode de production, de cohabitation et de développement est possible.
Il me semble également que c'est aujourd'hui la meilleure réponse possible à ce que vous dénoncez dans votre article.
Bien à vous
SE

Écrit par : Stéphane Einhorn | 29/06/2013

L'expérience FAVI continue avec le même succès depuis 30 ans (tu parles de 15 ans) ce qui commence à faire réfléchir, mais pas encore taire, les plus sceptiques. Jean-François Zobrist est de plus en plus demandé pour faire des conférences, il est même demandé en juillet ce qui ne lui était pas arrivé. Son agenda est bouclé à 3 mois.
Sur les institutions qui peinent à se remettre en question, je citerais le commentaire d'Alexis Nicolas sur le blog de MOM 21 :
La fin d'un règne qui n'en finit pas" me fait penser à Michel Serres qui écrit dans petite poucette :
« ces grandes institutions ressemblent aux étoiles dont nous recevons la lumière, mais dont l’astrophysique calcule qu’elles moururent voici longtemps » (voir p.66).

En effet, à mon avis, la fin a déjà sonné, et il est urgent, non pas de regarder les lumières déjà mortes, mais toutes ces nouvelles pousses, ou ces anciennes racines qui veulent entrer pleinement dans le 21ème siècle.

Écrit par : Bernard Rohmer | 29/06/2013

Merci Bernard, erreur corrigée!

Écrit par : Thierry | 29/06/2013

Les commentaires sont fermés.