Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/05/2014

Du SMIC et du jeudi de l'Ascension

 

 

Les attaques contre le SMIC, les salaires et les pensions de retraite, et même les jours de congé, se sont multipliées ces derniers temps et reviennent de plus en plus souvent sur le devant de la scène. C’est le signe selon moi d’un assaut qui s’organise et d’une préparation psychologique à des mesures impopulaires. Les bonnes histoires qui marchent ont besoin de bons et de méchants. Ce qui nous trompe, c’est que nous ne voyons pas à quel point les bons et les méchants peuvent être complices. Donc, les méchants de service commencent par évoquer des solutions scandaleuses. Ceci permet aux bonnes âmes de service, la main sur le coeur et droites dans leurs bottes, de s’insurger courageusement. Puis on monte une négociation féroce et on soulage l’angoisse des gogos en passant une réformette qu’on qualifiera peut-être de provisoire et qui n’a l’air de rien dans l’instant mais où le peuple laissera de ses plumes par la suite. Une de ces mesures provisoires dotées d’un clapet de non retour. 

 

Je n'ai rien contre une baisse du SMIC si c’est dans l’intérêt de la communauté nationale. Sous deux conditions toutefois. Que, d’abord, l’ensemble de l’échelle des salaires contribue avec un pourcentage progressif au sacrifice. Pourquoi avec un pourcentage progressif ? Parce qu’enlever cent euros à quelqu’un qui en gagne 1000 le prive de biens plus essentiels qu’à celui qui en touche trois mille si on lui en enlève trois-cents. J’inclus évidemment dans ce sacrifice solidaire les rémunérations de nos politiques: je dirais même que la mesure passera d’autant mieux qu’ils donneront d’abord un exemple suffisant. Que diable, nous sommes en démocratie, pas sous l’Ancien Régime! Et, pour être clair, celui qui écrit ces lignes fait partie de la classe vache-à-lait, la classe moyenne: il fait donc preuve, en l’occurrence, de civisme et de solidarité.

 

Ma deuxième condition, essentielle, est que, une fois réduit, le SMIC permette néanmoins de vivre correctement et de partager les fruits de l'activité économique. Mais, à y réfléchir, comment vit-on dès aujourd’hui avec le SMIC ? Que reste-t-il après avoir payé le logement, l'eau, l'électricité, les transports nécessaires pour se rendre au travail ? A Paris, et sans doute dans bien des grandes villes françaises, pour un célibataire, même pas de quoi manger ! Alors, de qui se moque-t-on ? Quand une économie ne peut fonctionner qu’en payant ses travailleurs en dessous du seuil de pauvreté, n'est-ce pas cette économie et l'organisation de la société même qui sont malades ? « Ah! mais, mon pauvre monsieur, votre indigence intellectuelle fait que vous n’avez rien compris à la beauté et à la performance de l’économie moderne! Il faut résonner sur le long terme: un jour, à la surface de la planète, toutes les conditions s’égaliseront d’elles-mêmes grâce à la parfaite fluidité du marché des produits et du travail. » Les promesses rendent les fous heureux, comme on dit de l’autre côté des Pyrénées. Je crois que l’humanité a déjà payé pour ce genre de croyance, grands soirs et lendemains qui chantent. 

 

Les exploiteurs sont dans leur logique quand ils réclament plus d’exploitation, comme le renard dans le poulailler quand il saute de poule en poule. Je les laisse glapir. Mais, comme je reste un intellectuel attaché à la logique des démonstrations, il faudra quand même que leurs larbins, ces distingués économistes qui viennent doucereusement agiter leur goupillon au journal de vingt-heures, m’expliquent où est la performance d'un système au sein duquel celui qui travaille, après avoir payé son logement, n'a plus rien pour se nourrir ? C'est l'Etat qui compensera ? Ce même Etat auquel ces mêmes entreprises trouvent légitime de ne pas payer d'impôts (cf. les profits de Total et ce qui en est fiscalisé en France)... Non, Messieurs, acceptez qu'on vous voie comme vous êtes, mais n'en rajoutez pas sur la malhonnêteté intellectuelle.

 

Laissons de côté les discours et essayons de retrouver une perspective historique. Revenons - en accéléré - sur ces quarante ou cinquante dernières années. La situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui a été précédée de trois étapes. La première a été l’accroissement de la productivité industrielle qui a donné aux entreprises les moyens de mieux rémunérer les salariés. Ce qui ne veut pas dire que cela va de soi pour les employeurs, car il y en a encore qui pensent que nous avons perdu la deuxième guerre mondiale à cause des congés payés décidés par le gouvernement de Léon Blum. Ensuite, le gouvernement du Général de Gaulle tente de mettre en oeuvre des relations équitables entre la rémunération du capital et celle des salariés. Cependant, dès les années 60, la déconnexion commence, le capital cherche à se libérer du « partage des fruits de la croissance ». Le bon peuple ne s’en rend pas compte en raison d'un stratagème génial: son pouvoir d’achat est maintenu grâce au développement massif du crédit à la consommation. Enfin, c’est l’externalisation de la production vers des pays à faible coût de main d’oeuvre qui permet de procurer aux Français, appauvris à leur insu, les objets qu’ils convoitent, sans que leurs employeurs aient pour autant à trop mettre la main au portefeuille. Savez-vous qu’aujourd’hui, à travers nos articles de mode bon marché, nos écrans plats et autres smatrtphones, nous avons tous une palanquée lointaine d’esclaves qui travaillent pour nous dans des conditions inhumaines ?

 

Ce faisant, avec cette délocalisation, on se tire une balle dans le pied - ou plutôt, on tire une balle dans le pied de la France car ceux qui tiennent le pistolet s’en sortent plutôt bien. En effet, on détruit finalement l’emploi domestique, et le double stratagème du crédit à la consommation et de la délocalisation ne permet plus de compenser la baisse du pouvoir d’achat. Alors, c’est la dette souveraine qui augmente pour financer entre autres choses le soutien direct ou indirect aux populations orphelines de revenu ou de revenu suffisant et toutes les charges qui découlent d'une société à deux ou trois vitesses. En pleine crise bancaire, je me souviens que le Wall Street Journal - ce n’est pas coutume - avait accordé un bon point à la France: ses amortisseurs sociaux avaient évité une chute de la consommation. 

 

Mais, allez-vous me dire, si diminuer les revenus des consommateurs expose à la baisse de la demande, donc au ralentissement des affaires, nos capitaines d’industrie et les politiques à leur solde sont ineptes ? C’est ne pas voir le vrai fonctionnement de l’économie mondialisée. Celui-ci est une forme de nomadisme aux itinéraires changeants. C’est d’abord la séparation des lieux de production de ceux de consommation. Il s'agit de produire où les salaires et la fiscalité sont les moins élevés pour vendre où les gens ont les moyens de payer le meilleur prix. Mais, tout étant en évolution dans ce monde, le couple lieu de production - lieu de consommation est instable au possible et fait l’objet de révisions régulières. C’est en quelque sorte le principe - la durée de rotation mise à part - de l’assolement triennal. L’économie mondialisée actuelle ne vit que des différences - mouvantes - entre les diverses économies du monde.

 

L’histoire ne s‘arrête pas là. Le dernier acte est en train de se jouer sous nos yeux et chez nous. Il s’agit maintenant, pour préparer l’avenir, de casser les pays où les salaires et les systèmes sociaux sont trop onéreux, de sorte qu’ils soient en mesure de prendre un jour la relève des actuelles économies émergentes où les coûts seront, entre temps, devenus trop élevés. Bref, il s’agit de maintenir en permanence des disparités afin que les marchandises glissent naturellement d’un lieu de production vers un lieu de consommation sans que les capitalistes aient à consentir des sacrifices sur leurs bénéfices.  L’esprit de Ford est loin, qui voulait produire ses voitures à un prix tel et rémunérer ses ouvriers à un salaire tel que ceux-ci puissent s’acheter celles-là.   

 

Derrière ou dessous tout cela, il y a aussi un discours de père fouettard qui fait du travail une valeur transcendante et, implicitement, de l’homme un être éternellement tenté par la paresse et l’oisiveté. Songez au débat récurrent sur les jours de congé en semaine issus du calendrier chrétien ou marquant la commémoration de nos morts et de nos victoires. Je ne vois pas où est - j'entends: économiquement parlant - le problème de ces jours de congé: qui donc a fait main basse sur les gains considérables de productivité de nos industries au point que ces jours chômés depuis longtemps ne soient plus supportables ? Sur le plan anthropologique, j'ajouterai que dire qu'il est normal de passer l'essentiel de son énergie dans le travail, que l’on soit bien ou mal payé, n'est qu'une idéologie propagée par l'ère industrielle. Or, même si cette société dont la seule échelle de valeur est financière et économique ne lui en laisse guère le choix, l'homme n'est pas qu'un être de production et de consommation. Certains crieront peut-être à l’obscurantisme, mais il y a une réelle sagesse dans la Bible quand elle prescrit le repos hebdomadaire afin que l’être humain puisse s'occuper d'autre chose que des biens matériels. Sans aller jusqu’à dire que « l’homme ne se nourrit pas seulement de pain mais aussi de la parole de Dieu », on peut accepter l’idée qu’entre production et consommation nous avons quelque chose de plus à faire de nos vies.

 

Commentaires

"Travailler tout le temps rend fou"
Charles de Gaulle

Écrit par : L'ami Pierre | 13/05/2014

Les commentaires sont fermés.