UA-110886234-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/07/2009

Politique-fiction

En cette veille du 220ème anniversaire de la prise de la Bastille, une fantasy à méditer:

http://www.larevuedesressources.org/spip.php?article585

06/07/2009

Impossibles

Dans ma dernière chronique, je citais Andreu Solé*. Andreu a créé le concept que je trouve très puissant des "possibles" et des "impossibles". Ceux-ci révèlent les structures les plus caractéristiques et rénitentes d'un monde créé par des humains. Pour le monde des Aztèques, par exemple, il est possible que le soleil ne renaisse pas au terme de l'année et toute la vie communautaire s'organise autour des moyens d'éviter la plongée dans les ténèbres. Il est plus facile de voir les possibles et les impossibles d'un monde quand on est à l'extérieur. D'ailleurs, s'agissant d'autres monde que de celui d'où on regarde, on parlera souvent de superstitions.

Cependant, notre monde, tout rationnel et pragmatique qu'il se veuille, a comme les autres ses possibles et ses impossibles, et ils sont d'apparence tout aussi arbitraire ou gratuite dès qu'on les regarde d'ailleurs. Par exemple, malgré la succession des bulles qui explosent de plus en plus violemment, un des impossibles les plus tenaces de notre monde concerne l'utilisation de l'argent: impossible de ne pas chercher à faire de l'argent avec de l'argent! Cependant, le prêt à intérêt était condamné par l'Eglise médiévale et il l'est toujours par de grandes traditions religieuses. "Bondieuseries!" allez-vous vous esclaffer. Mais, bien avant, Aristote, qu'on ne peut soupçonner d'une crédulité excessive, avait examiné la question et conclut lui aussi que faire de l'argent avec de l'argent était néfaste. Pouvez-vous imaginer un monde où la masse monétaire ne s'accroîtrait pas des intérêts produits ou des spéculations, mais seulement à mesure de la création de richesses réelles ? Un monde où la dette n'existerait pas mais où "l'emprunteur" et le "prêteur" seraient en fait associés au sein d'un projet commun ? 

Il faudrait sans doute, pour cela, toucher à un autre impossible, plus fondamental.

Regardez autour de vous, tendez l'oreille: qu'est-ce qui est le plus présent, sensoriellement, dans notre monde ? La publicité. Que cherche-t-elle à générer ? Le désir d'acheter, de consommer, autrement dit l'insatisfaction de ce que vous avez déjà. Voilà le mot-clé du monde que nous avons construit: l'insatisfaction. Observez bien: sans l'insatisfaction, notre forme d'économie s'écroule. Alors, vous devez sans cesse avoir envie de changer. De voiture, de robe, de chaussures, de maison, de look, de téléphone portable, de PC, et cela même s'ils remplissent encore leur fonction... Pour notre monde, la plongée dans les ténèbres ce serait l'impossibilité de rallumer sans cesse l'insatisfaction.

Le problème, indépendamment du type d'être humain sous influence que cela engendre, c'est que le cercle, à trop être caressé, est devenu vicieux. Ce n'est tout simplement plus viable. Du point de vue social, vous pouvez consommer tant que vous voulez, faire tourner la machine au maximum et même vous endetter pour cela, l'emploi continue à fuir de vos villes et de vos villages, le territoire où vous vivez s'appauvrit, la société se désagrège, la misère et la violence s'y accroissent - et on est loin d'avoir tout vu. Du point de vue écologique, nous sommes, encore plus radicalement, en train de détruire les équilibres qui nous permettaient de vivre sur la planète, nous préparons notre propre extinction.

Alors, pouvez-vous imaginer un monde fondé sur un autre impossible que celui d'être satisfait ?  

* Andreu Sole est l'auteur de "Créateurs de mondes".

28/06/2009

Hommes et femmes: mode d'emploi

Voici une information  qui va consoler plus d’un mec.

 

Je m’adresse seulement à ceux – mais ils sont nombreux - qui se demandent encore pourquoi c’est la brute mal rasée et méprisante, limite homo neanderthalis, qui, l’année de leurs dix-sept ans, a embarqué sous leurs yeux la délicate icône féminine qui leur inspirait de tendres sentiments. Eh ! bien, mes chers frères, grâce à un chercheur américain, le lien est fait entre ce genre de phénomène et la surconsommation qui est en train de détruire la planète. Nous, les discrets, les oubliés, nous tenons enfin notre revanche !

 

Lors de votre adolescence, messieurs, vous avez sûrement remarqué que la promenade pedibus cum jambis exerçait moins de séduction sur la copine de vos obsessions nocturnes que la virée à pétrolette proposée par Cro-Magnon. Même compétition d’ailleurs - même gagnant et même perdant – entre le pauvre cyclo 49 cm3 et l’arrogant vélomoteur 125 cm3. En ce temps-là, vous pestâtes plus souvent qu’à votre tour contre la pingrerie familiale. Elle vous empêchait d’acquérir le ramasse-minettes qui vous eût mis à égalité de chance avec votre bête noire! Du coup, vous êtes massivement entrés dans l’âge adulte avec une "obsession de la caisse" qui a fait la fortune des constructeurs automobiles.  

 

 

hotcarbon.pngOr, tout cela est biologique: les roucoulades du pigeon comme les rodomontades des ados, de même bien sûr que les émois-réflexe des femelles à plume ou à poil en quête atavique de protection et de reproduction. Si, dans le monde animal, la parade nuptiale consiste grosso modo à faire le paon, dans notre société de consommation - mais surtout, on l’oublie trop, de statut - la mâlitude (comme dirait l’autre) se prolonge dans un certain nombre d’objets symboliques dont la production et l’usage n’ont rien à voir avec le développement durable. Nous aurions donc principalement en ce bas monde le genre de mec qu’aiment les femmes et dont elles veulent bien reproduire les gènes! Les uns roulent les mécaniques par nature, les autres pour ne pas rester en plan : tous, en tout cas, pratiquent la consommation symbolique et ostentatoire afin de ne pas rester le pouce inutilement tendu au bord de la route! Ce que résume fort bien le dessin ci-contre où l’un des personnages déclare : « Je déteste l’avouer, mais ce qui m’excite chez un mec c’est son empreinte écologique ». Bref, on n'a pas fini d'évaluer le pouvoir féminin et c'est peut-être une source sérieuse d'espoir s'il montre sa capacité à promouvoir, en dépit des conditionnements ataviques, une autre manière d'être mâle que de faire vroumvroum ou blingbling.

Je vous l'ai tournée sur le ton de la galéjade, mais l’étude de Nathan Hagens est sérieuse. Elle va bien plus loin que ce que je viens de vous en montrer. Elle mérite d’être lue : http://www.theoildrum.com/node/5519#more