Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2009

Ils n'ont pas les deux pieds dans le même sabot!

Je veux parler de deux excellents amis dont la fécondité me laisse pantois.

 

D’abord, mon bon vieux Jean-Marc, alias Tyo Bazz, aveyronnais, fonctionnaire territorial, sorbonnard, motard et… amoureux du blues nous invite à découvrir son premier cd : http://tyobazz.blogspirit.com/

 

La même semaine, le jeune cinéaste Steve Moreau, après Dos à la mer, paru il y a à peine quelques mois, publie un second roman Fin_de_bobine.pdf .

 

De quoi vous donner des complexes !

01/12/2007

Une déclaration d'amour de Jean-Marc Sauret

Jean-Marc, pourquoi le blues a-t-il pris une telle place dans ta vie ?

Les débuts, ou : comment l’esprit vient aux jeunes gens

C’est une longue histoire et sinueuse… J’ai d’abord été séduit par le chant partagé. Mes frères et sœurs et moi chantions en famille, souvent en nous promenant et toujours à plusieurs voix. On improvisait… Et ce depuis les prières chrétiennes rituelles jusqu’aux divertissements les plus libertins. Puis, je me suis passionné pour les auteurs-compositeurs-interprètes - Hugues Aufrey, Adamo, Bob Dylan… - et tout de suite, dès l’age de 14 ans, je me suis mis à écrire mes premières chansons - tout à fait dylanesques. Depuis l’age de 12 ans j’écrivais avec délectation, d’abord des petites nouvelles puis des poèmes. Et puis, j’étais de cette génération qui écoutait les Rolling Stones et toute la culture Rock (le blues boom anglais) et chantait Brassens que nous connaissions par cœur. C’est ça le fondement de ma culture.

Lire l'intégralité :

Jean-Marc_Sauret.pdf