Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2008

Résurrection

 

 

Cette note figure désormais dans le recueil

Les ombres de la caverne

Editions Hermann, juillet 2011

Commentaires

il y à déjà longtemps que notre monde nous fait penser à la décadence de l'empire romain. Par quel "moyen age" nous faudra-t-il passer pour atteindre la Renaissance ?

Écrit par : Anett | 28/03/2008

Même si je vous rejoins sur le fond, vous nous aviez habitué à moins de manichéisme!
Ce post m'évoque en partie la Question Humaine, film qu'il est quasi impératif de voir si l'on fréquente ce blog!

Écrit par : jeanfou | 31/03/2008

Je l'ai raté lors de sa sortie - en partie parce que j'ai redouté une référence trop facile à la "filiation" nazie. Pour moi, c'est moins d'une filiation historique qu'il s'agit que de dérives de nos projections dont le totalitarisme, quel qu'il soit, en tant que réduction du monde à l'image que nous choisissons, est l'aboutissement ultime. Cela dit, vous le recommandez ?

Écrit par : Thierry | 31/03/2008

Je n'ai pas vu le lien au nazisme comme une filiation mais davantage comme un parallèle pour illustrer la déshumanisation comme l'évoquait Arendt...Cette comparaison n'est pas la meilleure idée que le réalisateur ait eu mais le film m'a beaucoup plus et je le recommande.

Écrit par : jeanfou | 31/03/2008

Merci. Je vais voir s'il est disponible en DVD. Pour réagir à votre première observation, que je comprends, je ne suis pas manichéen avec les êtres humains mais sans doute très sensible aux pièges que recèlent des processus en apparence innocents. Je pense que seule une rigoureuse lucidité, une absence d'indulgence à l'égard des "puissants", peuvent nous protéger et nous faire vivre en état de démocratie, c'est-à-dire sans nous faire voler notre destin au profit du destin d'un autre. Cette indispensable lucidité peut être prise en défaut à cause d'une stratégie très répandue aujourd'hui: celle de l'usurpation qui se nourrit de notre désir archaïque d'idoles à admirer et à aimer. Ma posture est proche de celle du philosophe Alain: le pouvoir des uns nécessite la vigilance des autres. Il a sa récompense en lui-même et en aucun cas nous ne doit obtenir en plus l'amour ou l'admiration. Ce serait le début de l'aveuglement.

Écrit par : Thierry Groussin | 01/04/2008

Les commentaires sont fermés.