Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2008

De la pluralité des mondes possibles

 

 

Cette note figure désormais dans le recueil

Les ombres de la caverne

Editions Hermann, juillet 2011

Commentaires

Merci Thierry. J'acquiesce... Il y a là plusieurs éléments de réflexion que je n'avais pas (comme les 4 variables de Manfred Max-Neef).
J'avais construit une trialectique de la réalité (qui avait fait l'objet d'un article dans Société) qui donnait en plus des deux pôles constituant la dialectique habituelle de l'approche scientifique (l'expérimentation se frottant à la socialisation), avec ce va et vient de l'expérience à la théorie, celui de l'imaginaire qui vient attraper ces points de réalité et les colorer de sens. L'échange comme nous le faisons avec un prof de philo m'amenais à y ajouter un quatrième : l'outil. La manière dont j'organise le monde, le re-fabrique, l'adapte, me donne aussi à le penser, à le structurer. Je n'ai rien inventé là. Ce n'est que la reprise de la philosophie des tailleurs de pierres, des compagnons constructeurs de cathédrales et je retrouve de ça dans ton propos.

Écrit par : Jean-Marc SAURET | 24/04/2008

Intéressant de voir l'Histoire comme une exploratrice. Retournement de perspective qui propose de regarder le temps comme une boucle et non comme une ligne ?

Écrit par : swimmer21 | 27/04/2008

Et si ce n'était ni l'un ni l'autre ? Ni une boucle, ni une ligne, mais un foisonnement ?

Écrit par : Thierry | 27/04/2008

Les commentaires sont fermés.