Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2009

Dangereuse naïveté

 

Cette note figure désormais dans le recueil

Les ombres de la caverne

Editions Hermann, juillet 2011

Commentaires

Cher Thierry, quelle fougue aujourd'hui ! Il est vraisemblable que la faille béante qui s'ouvre sous nos pieds sera si profonde et vertigineuse que les remises à l'heure des pendules se feront toutes seules. Cela dit, quand tout s'effondre, la démocratie ou ce qu'il en reste, n'est pas toujours gagnante. Notre propre histoire nous en donne de sombres souvenirs. Alors, imaginer, poser les bonnes questions, ni de critique idéologique nihiliste, ni d'espoirs post-new age, mais poser les questions, simplement, c'est ce que font les artistes et qui justifie mon appel lancé sur le blog Entrepart ce matin. Avec toute mon amitié, mon cher Thierry.

Écrit par : Christian Mayeur | 21/03/2009

Quelle fougue effectivement. Il y a quelques accents d'un certain parti qui se dit anticapitaliste
Je ne suis pas certain que les pendules se règleront toutes seules sans avoir besoin d'un horloger qui dans l'état actuel des choses ne peut être que l'état ce qui contredirait les prévisions récentes de J Attali dans un de ses nombreux livres qui voyait la disparition des états aux profit des multinationnales.
Est-on bien certain que tout s'effondre?
Les systèmes communistes se sont tous effondrés sans doute parcequ'ils n'avaient créé aucune ou très peu de richesses pour les individus.
Je vient de lire que le patrimoine des français avait baissé pour la première fois depuis 30 ans et de seulement 3% à cause de la baisse de l'immobilier. Pourquoi ne relève t-on pas qu'il est absolument incroyable qu'il ait progressé depuis 30 ans? Et comment ose t-on tenir un discours misérabiliste sur le pouvoir d'achat dont la baisse toucherait l'ensemble des français ce qui est totalement faux. Ce discours généraliste empêche de concentrer nos efforts sur ceux qui en ont réellement besoin et qui en ont besoin depuis longtemps, bien avant cette crise.
Ne faut-il pas admettre que l'augmentation de nos ressources depuis 30 ans est incompatible avec les équilibres de notre planète, que la bulle qui vient d'éclater nous rappelle à l'ordre mais que cela ne remet pas forcément en cause tout un système mais plutôt la manière dont certains l'exploitent?

Que ce soit l'occasion pour corriger tous les abus qui sont le résultat d'un manque d'éthique de beaucoup d'entre nous, alors là oui, c'est l'occasion ou jamais.

Écrit par : bernard | 21/03/2009

Et comme Christian a oublié de vous donner l'adresse de son blog, la voici (fait tout faire ici!): http://www.entrepart.com/blog/

Écrit par : Thierry | 21/03/2009

Il y a toujours un semblant de paix dans l'opulence quand les miettes tombent des tables. Dès la disette, les prédateurs sortent des bois et élargissent leurs territoires. Question de survie et leurs proies disparues, ils meurent alors à leur tour... Je n'ai pas un regard idyllique sur les suites de ce que l'on appelle la crise. Ce n'est que la fin d'un monde...

Écrit par : Jean-Marc SAURET | 23/03/2009

Les commentaires sont fermés.