Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2009

Paradoxe

Déjeuner l’autre jour avec l'aussi agréable que génial Philippe Cahen dont je vous recommande vivement les « Signaux faibles » : http://www.signaux-faibles.fr/.

Entre la poire et le fromage, nous découvrons justement que la France a perdu une centaine de variétés de fromages locaux, victimes directes ou indirectes d’une législation européenne qui, avec un zèle de grenouille de bénitier, tient à protéger notre santé. Mais Philippe de poser la question : «Puisqu’on a le droit de vendre un produit officiellement reconnu cancérigène - le tabac - avec la mention «Fumer tue», pourquoi n’aurait-on pu continuer à vendre ces fromages fût-ce au prix d’une mention du genre : «A vos risques et périls» ? Ben oui, au fait, pourquoi pas ? Deux poids, deux mesures, comme d’habitude ? Qui veut-on protéger au juste ?

Si vous avez d’autres paradoxes du même tonneau, je suis preneur.

Commentaires

A cause de cette même règlementation européenne, on en arrive à acheter "sous le manteau" des volailles chez l'agriculteur du coin... je n'en dis pas plus: j'entends un bruit de bottes !

Écrit par : denis | 04/04/2009

Attention Thierry, vous me faites grossir les chevilles mais en tous cas éclater de rire par votre mail sur mon adresse orange.
Oui ! "à vos risques et périls, mais que c'est bon !"
Vive le lait cru ! Vive le vrai camembert, le chaource et l'Epoisse bien complété de marc de Bourgogne.
A bientôt

Écrit par : Philippe Cahen | 04/04/2009

Thierry,

je ne croyais pas si bien dire sur le drame qui se joue devant nos yeux agards et nos papilles desséchées :

La décrue du lait cru
http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/primeur222.pdf


est un document officiel du Ministère de l'Agriculture.
"Les laiteries élaborent 169000 tonnes de fromages au lait cru en 2007. Soit une baisse de 5,8 % par rapport à 2006
et de 12 % depuis 1997. Les fabrications au lait pasteurisé continuent à se développer et représentent 86 % des fromages affinés."

Je ne fais pas un caprice des deux, je n'en mange qu'un ! Quand bien même ma santé serait en danger ... soyons actif pour des scénarios dynamiques de propective !
Amitiés
Philippe Cahen

Écrit par : Philippe Cahen | 04/04/2009

Thierry,
je ne croyais pas si bien dire sur le drame qui se joue devant nos yeux agards et nos papilles desséchées : La décrue du lait cru
http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/primeur222.pdf est un document officiel du Ministère de l'Agriculture."Les laiteries élaborent 169000 tonnes de fromages au lait cru en 2007. Soit une baisse de 5,8 % par rapport à 2006et de 12 % depuis 1997. Les fabrications au lait pasteurisé continuent à se développer et représentent 86 % des fromages affinés."Je ne fais pas un caprice des deux, je n'en mange qu'un ! Quand bien même ma santé serait en danger ... soyons actif pour des scénarios dynamiques de propective !
AmitiésPhilippe Cahen

Écrit par : Philippe Cahen | 04/04/2009

Si vous ne l'avez pas vu, courrez voir "ces fromages qu'on assassine", ce n'est pas "l'Europe" qui a bon dos qu'il faut mettre en question mais les lobbys agroalimentaires. Bien plus dangereux et qui n'avancent pas à découvert, qui promeuvent la pasteurisation et la thermisation du lait.
Les Québecois ont le même problème de lobbying alors qu'ils n'ont pas l'Europe...

Écrit par : Saveurs | 05/04/2009

Les commentaires sont fermés.