Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/07/2009

Lendemains de bal

Hier soir sous la Tour Eiffel, grand bal qui aurait coûté la bagatelle de 2 millions d'Euros à l'ensemble des contribuables et rapporté en une poignée d'heures un demi-million d'euros au grand JH.

Aujourd'hui, à Dijon, une fermeture aussi historique que définitive: celle de l'usine Maille-Amora qui, pour le groupe Unilever (5,3 milliards d'euros de résultat en 2008), ne rapportait pas assez.

Dans une région qui me touche particulièrement, la Vendée, Philippe de Villiers se bat pour que SKF (460 millions d'euros de bénéfices globaux, un milliard d'euros de chiffre d'affaires rien que pour la France) revienne sur sa décision de fermer son usine de Fontenay-le-Comte. Là non plus, il ne s'agit pas d'un site déficitaire: tout simplement, il ne rapporte pas assez. On peut ne pas souscrire à tous les propos de de Villiers, mais en l'occurrence sa campagne - à contre-courant de tous les usages - mérite d'être soutenue. Cet homme sait se battre et il n'a pas les deux pieds dans le même sabot.

On nous aura bien enfumé avec le discours "Sans bénéfices, c'est la mort"! Comme si nous étions trop bêtes pour ne pas le comprendre. En revanche, ce discours en dissimulait un autre: celui du jamais assez.

En tout cas, il est urgent de réfléchir à la résilience de nos régions...

Commentaires

En terme de résilience, stricto sensu, le régions ont pris conscience de l'état d'abandon dans lequel elles se trouvent. Toutes les collectivités locales, d'ailleurs. Je bavardais, dimanche dernier, avec des élus locaux ( maires, conseillers généraux et le Pdt du conseil général du 47) et tous (ils l'expriment différemment selon leur appartenance) sont attérés par le désengagement meutrier de l'Etat (cf. la disparition de la taxe professionnelle pour les communes...).
Je vis dans un département que la "crise" vient de mettre sous les feux de l'acualté: à Tonneins, les ouvriers de JLG menacent de faire exploser leur production récente au motif que 53 d'entre eux vont être licenciés. Et tout un chacun, ici, sait pertinemment que JLG vient d'étendre son secteur d'activté au conseil en chantier, etc... Quelle aide leur apporter? Le problème est que la majorité des régions sont présidées par la gauche et que la politique de la droite française consiste à TUER l'opposition.Quitte à faire des dégats collatéraux monstrueux dans les populations locales. Je peux apporter des éléments detémoignages réels, concrets, irréfutables sur ce point. J'en ai, personnellement, été victime. Il suffit aussi d'en parler à Gérard Gouzes, maire de Marmande: il a un avis plus qu'éclaré sur la question. Sur ce point, il a vécu un épisode qu'Alfred jarry n'aurait pas osé prêter au Roi Ubu. La morale politique N'EXISTE PAS A DROITE.
Et la Cour est constituée de quelques Jhonny et de quelques rapaces qui n'en ont... jamais assez.

Écrit par : balout | 16/07/2009

Les commentaires sont fermés.