Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/08/2009

Le progrès, ce serait quoi ?

 

Cette note figure désormais dans le recueil

Les ombres de la caverne

Editions Hermann, juillet 2011

Commentaires

Nous vivons la transition du progrès vers l'invention. Je pense que l'idée de progrès mérite simplement d'être abandonnée, car nous ne progressons pas. Au contraire, l'illusion d'un chemin nous égare. C'est ici et maintenant que les choses se passent, les processus mis en oeuvre par chacun de nous fabriquent des possibles, les choix que nous faisons conditionnent l'économie. Comme le disait J. Beuys, dépenser la majeure partie de son budget à acheter des voitures ou bien à investir dans des activités relationnelles, cela ne construit pas le même monde. Travailler les tensions entre des forces inhérentes à toutes sociétés en les acceptant, (nous savons depuis Apollon et Dionysos que le besoin de jouissance, y compris matérielle, est inhérent à l'homme - les Orientaux ont leurs propres représentations de ces tensions), me paraît une voie pragmatique de survie et de développement. Quant au progrès, je comprends le sens généreux que tu donnes à ce mot, cher Thierry, mais ne faut-il pas purement et simplement tourner la page d'une utopie très connotée at galvaudée qui a déjà tant coûté, comme on le fait d'une période historique respectable mais surannée ? Je suis frappé de voir à quel point les jeunes que je fréquente se sont détournés de cette notion - hier c'étaient deux jeunes artistes Texans avec qui je discutais -, préférant l'invention du quotidien, avec une bonne dose de "carpe diem" il est vrai. Je préfère beaucoup, tu l'as compris, tes engagements que la "transition" à conduire de l'intérieur.

Écrit par : Christian Mayeur | 25/08/2009

C'est vrai qu'il n'y a rien - ou pas grand chose - de surprenant à ce que ce blog soit lu en Chine ou aux E.U. Mais à St Barthélemy d'Agenais... Oh! Putain!!!
Que veux-tu. Nous savons tous très bien que la règle de l'ultra-libéralisme est de jouir dans l'instant. (" si ce sont le meilleurs qui partent les premiers, que penser de l'éjaculation précoce?" P. Desproges). Ceux qui gèrent la Planète n'ont aucun projet d'avenir. Le très très court terme est la règle absolue. Rendons-nous à l'évidence: nous serons tous victimes de cette (absence de) pensée absurde, suicidaire et assassine.
Qui entrera en résistance? Où? Quand? Avec quelles armes (efficaces)?
NB: à quoi va servir la somme collectée par le biais de la taxe carbone?..............

Écrit par : balout | 26/08/2009

Merci de vos compliments Vincave.! Et, revenant d'une expédition en Beaujolais et Bourgogne, j'oserai dire que votre pseudo me plaît beaucoup ! A bientôt j'espère!

Écrit par : Thierry | 21/04/2010

Les commentaires sont fermés.