Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2010

Identité nationale

On a les angoisses qu'on peut. Que voulez-vous, je n'en ai pas quant à mon identité nationale. Je suis chrétien - mais pas tendance Pie XII, plutôt tendance Gandhi si vous voyez ce que je veux dire - et je ne me sens pas menacé parce que ma collègue du bout du couloir ne mange pas de porc et ne boit pas d'alcool. Les débats télévisés comme celui de ce soir, derrière d'apparentes oppositions entre leurs protagonistes, me semblent plutôt réconcilier ceux-ci sur une cécité plus ou moins volontaire: la mise en épingle d'un sujet qui est loin d' être urgent - même s'il est important - et qui fait oublier le drame qu'on ne sait comment prendre et qui se joue ailleurs. Au vrai, j'ai l'impression qu'on est sur le Titanic: l'iceberg est à une encâblure de l'étrave, le capitaine fait des ronds de jambe aux rombières empanachées et on se dispute pour savoir si le couteau se met à droite ou à gauche de l'assiette. Parce que la vérité de notre situation, braves gens, c'est que nous courons au naufrage et que les catégories mentales de nos politiques, de droite comme de gauche ou d'ailleurs, ne leur permettent pas d'imaginer les voies de salut. Une chose qui n'est pas souvent évoquée, c'est que la manoeuvre tardive du Titanic pour éviter la montagne de glace a eu pour effet qu'il présente à la collision sa paroi la plus fragile. L'histoire de ce naufrage est une illustration de dimension mythique de l'arrogance, de l'aveuglement et des décisions de dernière minute.

L'économie artificielle fondée sur la spéculation nous fait croire à une sortie de la crise. Dormez brave gens! Elle nous cache en fait que l'économie réelle, celle de la production des biens les plus fondamentaux, va de plus en plus mal. La masse monétaire s'enfle de nouveau, par le simple jeu des espoirs de gain, mais sans que rien de concret la soutienne. Les perspectives de faillite parmi les PME-PMI et les TPE - les seules à créer et défendre l'emploi là où les gens vivent - ces perspectives de faillite ne cessent de s'accroître. Des Etats de plus en plus nombreux voient leur cotation par les agences menacée de déclassement, ce qui signifiera bientôt pour eux un service de la dette publique de plus en plus écrasant et le nécessaire déclin de leurs services publics, transports, écoles, santé, etc. Parallèlement, d'énormes masses de capitaux explorent la planète à la recherche de terres fertiles, de kilomètres de côte bien peinards, de massifs forestiers bons pour le pillage: les riches sont en train de faire leur marché, de s'assurer l'espace, l'air et la nourriture qu'on enlèvera bientôt aux plus pauvres. Cependant, notre obsession de la consommation, fin et origine de toute chose dans la vulgate économique, continue de ronger l'écosystème, de pousser à l'épuisement de ressources désormais comptées, de saturer de scories un environnement et des organismes qui n'en peuvent plus. L'emploi s'enfuit de nos pays et, pour ne pas ressentir l'appauvrissement qui en résulte, nous nous approvisionnons auprès de ceux-là mêmes qui nous vident de notre substance tout en empoisonnant l'air et l'eau. Politique de Gribouille qui se jette dans le lac pour ne pas se mouiller.

Notre identité nationale, au cours de la décennie qui vient, ce ne sera pas la prolifération des minarets, de voiles ou d'accents étrangers, ce sera le déclin de la classe moyenne et l'angoisse de plus en plus générale de la paupérisation. Non pas du fait - marginal eu égard au phénomène que j'évoque - des immigrants et des immigrés, mais du fait du système de rente, de la paresse intellectuelle et politique, des idéologies et des illusions dans lesquels nous nous sommes endormis. Nous avons eu l'outrecuidance de croire que les pays du Sud nous débarrasseraient des tâches salissantes et que nous conserverions l'apanage de l'intelligence. La Chine et l'Inde seraient ainsi la main d'oeuvre d'un monde dont nous resterions les ingénieurs! Une vision de colonisateurs suffisants. Mais, du fait de cette vision, nous avons embrassé la mondialisation comme une opportunité de vivre aisément sans nous remettre en question. Nous avons cru qu'en abaisssant nos frontières, nos marchandises partiraient à la conquête des cinq continents et qu'en échange les flux financiers afflueraient vers nous. C'est exactement l'opposé qui s'est produit. Nous n'avons plus ni la force de frappe industrielle qui s'est déplacée vers les économies émergentes, ni la capacité à vivre de bulles spéculatives successives qui restent le privilège du capitalisme anglo-saxon.

Alors, un débat sur l'identité nationale aujourd'hui, c'est une opération de prestidigitation. L'illusionniste nous induit à nous détourner du hublot en nous demandant si le couteau se met à gauche ou à droite de l'assiette.

Commentaires

C'est terrifiant. Parce que c'est tellement vrai. Et toi, tu es le gars qui nettoie le hublot. Donc c'est Thierryfiant.

Écrit par : Pierre BS | 15/01/2010

Pierre, on va régler ça tout à l'heure, après le tournage, autour d'un godet!

Écrit par : Thierry | 15/01/2010

en attendant le naufrage, préparons les bouées de sauvetage: frugalité, solidarité, proximité ...

Écrit par : denis | 15/01/2010

Amitié...
Merci Denis.
Et si, ce faisant, loin de traverser un naufrage, on refaisait juste un monde nouveau ? C'est déjà arrivé au cours de l'Histoire et ceux qui l'ont fait souvent ne s'en sont pas rendu compte, ils ont agi en toute simplicité...
Mais, Pierre, ils devaient se raconter quand même une belle histoire, n'est-ce pas ?

Écrit par : Thierry | 15/01/2010

Amitié...
Merci Denis.
Et si, ce faisant, loin de traverser un naufrage, on refaisait juste un monde nouveau ? C'est déjà arrivé au cours de l'Histoire et ceux qui l'ont fait souvent ne s'en sont pas rendu compte, ils ont agi en toute simplicité...
Mais, Pierre, ils devaient se raconter quand même une belle histoire, n'est-ce pas ?

Écrit par : Thierry | 15/01/2010

J'adore ce néologisme de PBS ; il se trouve que j'aime beaucoup les histoires thierryfiantes qui participent à la métamorphose des Pierres ...

Écrit par : Pierre Clause | 17/01/2010

Les commentaires sont fermés.