Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/07/2010

Vous avez dit bizarre ?

« Le Premier Amendement à la Constitution des Etats-Unis d’Amérique fait partie des dix amendements ratifiés en 1791 et connus comme la Déclaration des Droits. Il interdit au Congrès des Etats-Unis d'adopter des lois limitant la liberté de religion et d'expression, la liberté de la presse ou le droit à s'assembler pacifiquement. » Cf. Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Premier_amendement_de_la_Constitution_des_%C3%89tats-Unis

Or, voici que le Premier Amendement vient d’être mis entre parenthèses. Et - je vous le donne en mille - à l'occasion du sinistre écologique du golfe du Mexique! Une décision du gouvernement fédéral vient en effet d’élever au rang de crime de haute trahison – felony - toute tentative d’approche des opérations d’intervention par les journalistes, blogueurs, reporters ou photographes.

Qui veut-on protéger ? Les jeunes télespectateurs dont la sensibilité pourrait être blessée par la vue des oiseaux mazoutés ? Les auteurs de la catastrophe et leurs complices, dont l'impéritie réelle pourrait être révélée au grand jour ? L'honneur et le portefeuille de la ploutocratie pétrolière mondiale ? Et cela dans un pays qui se veut le parangon de la démocratie et qui n'a de cesse de donner des leçons au reste du monde ?

Vous n’en avez pas assez d’être naïfs ? Vous avez encore besoin d’idoles aussi creuses ?

La démocratie, c'est nous, vous et moi, et rien que nous.

Nous en sommes les garants pour autant que nous restions rigoureux à l'égard de ceux à qui nous confions le soin de veiller à l'intérêt général. Comme le disait le philosophe Alain, le pouvoir est un mal nécessaire qu'il faut surtout se défendre d'admirer et qu'il faut garder sous contrôle. Gouverner est un honneur qui doit se mériter par la dignité, et aussi par la rigueur qu'on s'applique à soi-même.

Les hommes étant les hommes, fût-ce aux plus hautes charges, la survie de la démocratie est entre les mains des citoyens qui ne se laissent pas endormir. La première des résistances, de ce point de vue-là, est celle de l’esprit. Cessons d'être crédules. Cessons d'être laxistes avec ceux qui, nos votes obtenus, organisent le monde dans leur intérêt et celui de leurs sponsors. Cessons, une bonne fois pour toute, de croire au Père Noël!

Mesures d'exception après mesure d'exception, entorses après entorses, avanies après avanies, on pourrait s'habituer à l'émasculation des citoyens.

http://www.naturalnews.com/029130_Gulf_of_Mexico_censorsh...

http://www.nytimes.com/2010/07/04/business/04bptax.html?_...

 

30/05/2010

Déserts alimentaires

 

Sur le blog de la Maison Blanche, on apprend que plus de 23 millions d'Américains vivent dans ce que la Première Dame, qui a pris la question en main, appelle des « déserts alimentaires ». Un désert alimentaire est un lieu où il est très difficile non de se nourrir, mais de se nourrir sainement, faute de supermarchés. On n'y trouve pas, par exemple, de fruits et de légumes frais alors que les fast food, eux, ne font pas défaut.  Ces lieux se trouvent aussi bien en zones urbaines que rurales - là, je me demande si j'ai bien compris ! Les études montrent une corrélation entre ces lieux, le faible niveau de vie de ceux qui y habitent et certaines maladies comme l'obésité des enfants. Selon Michelle Obama, il faudra sept ans pour amender ces zones lacunaires. La petite grimace qui, sur la vidéo ci-après, conclut ce constat laisse redouter qu'il en faille davantage. Il est vrai que le mandat présidentiel est inférieur à sept ans à moins de réélection. Etrange qu'au pays du néo-libéralisme, le marché, qui régule si bien tout ce qu'on lui livre, ait besoin de l'impulsion présidentielle... Réveille-toi Milton, ils n'ont rien compris!

http://www.whitehouse.gov/blog/2010/02/24/taking-food-des...

 

17/11/2009

Business as usual

Le New York Times constate que, face à la réforme de la santé poussée par Mr O, les fabricants de médicaments ont déjà augmenté leurs prix. Si ce n'est pas de la prédation... C'est la loi du marché ? Bien sûr! La nouvelle politique de santé solvabilise des besoins jusque là insolvables - ceux des pauvres qui étaient dans l'incapacité de se soigner - et le résultat c'est l'augmentation des prix. C'est mécanique, c'est juste, circulez il n'y a rien à voir. Ce qui est sûr, c'est que l'industrie pharmaceutique va s'enrichir et l'Etat s'appauvrir. Peut-être aussi les bénéficiaires de la réforme auront-ils accès à moins de médicaments que prévu.  

On peut pousser la réflexion vers des registres politiquement incorrects et se demander qui, dans ce système, se fait avoir en apparence - ou est complice. On peut aussi se demander quelle analogie il y a entre la réforme de la santé aux Etats-Unis et le plan de vaccination contre le virus H1N1 en France.

http://www.nytimes.com/2009/11/16/business/16drugprices.h...