UA-110886234-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2010

L'architecture de la survie

 

Cette note figure désormais dans le recueil

Les ombres de la caverne

Editions Hermann, juillet 2011

03/02/2010

La descente

Mis à part, il y a quelques semaines, l'information qu'une banque avait écrit à ses clients pour les avertir de la possibilité d'une crise profonde et longue, les grands médias français se font peu ou ne se font pas du tout l'écho d'une telle perspective. L'explication serait que les Gaulois ont déjà tourné la page et que la crise est un sujet qui ne les intéresse plus. Alors, un sujet qui n'intéresse pas le public devient du coup inintéressant pour les rédactions et on le bannit. Voilà un vrai problème qui montre à quel point les logiques fondatrices d'un métier - celui de l'information - sont maintenant biaisées. On ne va pas dire qu'il y a le feu parce que cela ne fait pas recette et tant pis si les gens meurent brûlés vifs! Quand on y réfléchit, il faut quand même un sacré réseau de vassalités, de démissions et de complicités pour en arriver là, et cela aussi en soi est inquiétant.

Il n'en est pas de même Outre-Manche où, la semaine dernière, dans le Dayly Telegraph, le gouverneur de la Banque d'Angleterre expliquait à la une que les ménages se trouvaient devant des années de dégradation de l'emploi, de leurs conditions de vie et de leurs revenus. Je n'ai pas lu cela chez nous. Mais il est vrai que le Royaume-Uni a eu un Premier ministre qui a eu le courage de promettre à son peuple "du sang et des larmes" (Winston Churchill en 1940), ce qui était l'inviter à la maturité. Chez nous, penserait-on que nous ne sommes pas capables d'accéder à cette maturité ? Car, de toute façon, nous sommes dans la même barque que nos voisins. La douce France ne jouira pas d'une grâce particulière de Dieu. L'emploi s'y dégrade comme ailleurs. Le nombre des chômeurs qui ne perçoivent plus d'allocation a atteint un niveau sans précédent. L'impôt sur le revenu ne suffit déjà plus à assurer le service - à payer les intérêts - de la dette publique. Lundi dernier, le journaliste économique Yannick Roudaut nous faisait l'état des lieux et nous annonçait ce qui va en résulter au cours des années à venir, que l'on peut résumer par la chute en enfer d'une grande partie de la classe moyenne. Il montrait que le cercle vertueux s'est brisé qui faisait de cette classe moyenne à la fois la bénéficiaire et la source de la richesse des Trente glorieuses. De son côté, Hervé Juvin, le président d'Eurogroupe Institute, démontre que nous n'entrons pas dans une crise mais dans une métamorphose profonde et étendue et que si nous posons le mauvais diagnostic noussouffrirons encore plus et aurons beaucoup de mal à nous en sortir.

Voici l'article du Dayly Telegraph: TheDaylyTelegraph20012010.pdf

Et voici des chiffres qui nous concernent et qu'il est bon de connaître si on ne veut pas croire que le règne des Bisounours est de retour parce que les boursicoteurs planétaires réussissent à se regonfler la bulle:

http://www.agrobiosciences.org/article.php3?id_article=2774

19/10/2009

Mort aux figuiers!

Y a-t-il un hasard ?

 

Ce matin, je lis sur Wanadoo un article qui évoque la récupération, en Italie, de milliers de tonnes d’aliments invendus par les hypermarchés pour les mettre à disposition des miséreux. A l’origine, un homme qui mérite d’être cité : Andrea Segré, professeur d'économie agroalimentaire à la Faculté d'agronomie de Bologne. Le gâchis là-bas est de l'ordre de 240 000 tonnes d'aliments encore consommables.

 

http://actu.orange.fr/environnement/initiatives/les-invendus-des-supermarches-au-menu-de-l-aide-alimentaire-111.html

 

Or, quelques minutes plus tard, en remontant une rue de notre capitale, je vois une pauvre femme qui, avec son gamin de quatre ou cinq ans, fouille dans un container. La scène d’abord me fend le cœur, puis elle me surprend : de la poubelle je les vois retirer de magnifiques concombres encore enveloppés de leur blister. Et là, je pense à l’article de Wanadoo et je saisis concrètement tout le paradoxe haïssable de notre société. Nous épuisons la terre pour produire des aliments que nous jetons, alors même qu’un nombre croissant d’entre nous en est réduit à fouiller les poubelles pour se nourrir. Vous trouvez cela bien ?

 

Vous allez me dire : oui, mais... la règlementation, les distorsions de concurrence, etc. C’est une fois encore l’histoire du figuier. Souvenez-vous : Jésus avait envie d'une figue et le figuier n’en offrait pas. Il avait une bonne excuse, le figuier: l'évangéliste précise que ce n’était pas la saison des figues! Eh ! bien, Jésus l'a quand même flétri! Il n’y a pas de saison pour être intelligent. Il n’y a pas de saison pour le cœur.

 

Voici le site de l’association italienne : www.lastminutemarket.org

 

On fait quelque chose ?