Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/10/2009

La peur du gâchis

Avez-vous remarqué comme notre époque qui est peu regardante sur le gaspillage – il n’est que de voir tout ce qu’on retrouve dans nos poubelles – peut avoir quelquefois la peur du gâchis ?

 

Les sources de cette peur peuvent être diverses. Le sens de l’économie, quoique rare, n’est pas la pire, même si souvent il vaudrait mieux se retenir d'acheter que consommer pour consommer : « On a ces conserves qui vont bientôt passer, ce serait stupide de ne pas les manger tant qu’il est temps ». Une sournoise culpabilité peut aussi faire office de levier : « J’ai dépensé de l’argent pour acheter ces fringues, ce serait quand même bien que je les porte ». Et, un cran de plus : « Faut quand même que je justifie cet achat, sinon il va m’en cuire. »

 

Je crains bien qu’en ce qui concerne le vaccin H1N1, aux Etats-Unis comme en France, on en soit à des motivations de valeur bien relatives, du genre : « On l’a, autant faire qu’il ne soit point perdu. Faisons-en profiter la population, si cela ne fait pas de bien, cela ne fera pas de mal ». Ou pire encore : « Si on n’utilise pas les milliards dépensés, on va en entendre parler aux prochaines élections. Au moins, si on peut dire qu’on a administré ce qu’on a en stock, cela pourra justifier le flop de la pandémie... »

 

Car, vous l’avez remarqué, ladite pandémie joue l’Arlésienne. Annoncée comme "imminente" par l’OMS (journal Le Monde du 30 avril 2009), puis comme certaine dans notre pays à la mi-octobre, aux dernières nouvelles elle ne nous toucherait qu’à mi-janvier. Je connais une famille où elle a frappé. L’un des gamins. C’était bien le H1N1, les examens, paraît-il, ne laissaient aucun doute. Traitement anodin pour l’enfant, confinement pour la famille. Or, bien que personne ne fût vacciné et malgré ce qu’on nous a dit de la virulence du virus, aucun des quatre autres membres de la famille n’a été contaminé. On ne peut plus faire confiance à personne pour soutenir le business. Même pas à ces cochonneries de virus !

Commentaires

science fiction ? : jusqu'au jour où..les virus n'étant pas fiables par eux mêmes, on se chargerait de leur propagation ?
Paranoïa ou vision ?
Je vous laisse me répondre. Merci d'avance !

Écrit par : martine gentis | 30/10/2009

Les commentaires sont fermés.