UA-110886234-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2009

Sans commentaire

Au cours de ces derniers mois, les ventes d'armes à feu ont explosé aux Etats-Unis. "Avec la récession, les faillites, le chômage, la criminalité augmente. Avant, les jeunes volaient pour acheter de la drogue, mais aujourd'hui les familles volent pour manger. Nous devons nous armer pour protéger notre foyer." Citation extraite d'un article d'Yves Eudes, envoyé spécial, Le Monde daté du 10 mars 2009.

Déclaration de Warren Buffet en 2006: « Oui, il y existe bien une lutte des classes mais c’est ma propre classe, celle des riches, qui la mène et nous sommes en train de l’emporter ». Le New York Times cité par Paul Jorion sur son blog: http://www.pauljorion.com/blog/

"L'archevêque de Recife (Brésil) a excommunié la mère d'une enfant de neuf ans ayant avorté de jumeaux conçus à la suite d'un viol, ainsi que toute l'équipe médicale." Au nom de l'Amour sans doute, comme toutes les victimes de l'Inquisition ?

21/02/2009

Voilà, c'est dit!

Aujourd'hui, je vous invite à découvrir le blog de mon ami Gérard Lebrun (petit-fils du président du même nom) et plus particulièrement cette chronique: http://voilacestdit.blog4ever.com/blog/lirarticle-166970-...

Bonne découverte!

PS:
Vous pourrez compléter votre lecture avec celle de cet article: www.monde-diplomatique.fr/carnet/2009-02-20-Touchez-pas-a...

19/02/2009

Lettre d’un senior à sa DRH

« Pourquoi j’aimerais pouvoir bénéficier d’un bilan de compétences… »: un ami me communique cet extrait d’une demande de « bilan de compétence » formulée par un sénior auprès de sa DRH. Je vous en livre le contenu car j’en trouve l’esprit exemplaire en cette période de crise où tout le monde semble se replier sur soi – les individus comme les organisations, les uns et les autres ne cherchant d'ailleurs qu’à se « lâcher » réciproquement. Il paraît que la DRH a accédé à cette demande.

(…)
« A soixante et un ans, et si mes calculs sont exacts, il me reste, à peu de mois près, trois ans à travailler avant de pouvoir opter (ce n’est pas une obligation…) pour une retraite à taux plein.
Certains diraient « trois ans à tirer » !
Je n’ai pas du tout envie de m’inscrire dans cet esprit même si je peux en comprendre les raisons.
Aujourd’hui, j’ai un travail qui me plaît et qui ne présente qu’un inconvénient : je l’exerce depuis plus de quinze ans. Dès lors la question qui se pose est : vais-je continuer jusqu’au bout à faire ce que je fais, sans grand espoir d’évolution professionnelle et au risque de sombrer dans une routine confortable certes mais peu valorisante - ou ai-je encore les moyens de me donner un nouveau challenge qui dynamise et éclaire mes dernières années de vie professionnelle ?
L’expérience que j’ai désormais me conduit à penser que, si je crois être prêt à relever un ultime défi, je ne le ferai pas à n’importe quel prix.
A n’importe quel prix, cela signifie que je pense connaître mes points forts et mes points faibles et qu’à ce stade, je désire d’abord exploiter mes points forts, considérant qu’il est sans doute un peu tard, ou trop coûteux, pour corriger mes points faibles. Cela ne veut pas dire que je refuse de me former pour m’améliorer, mais que l’investissement que représente un changement doit rester proportionné au temps qu’il me reste.
Pour résoudre cette équation, il me paraît donc utile - autant que profitable pour l’entreprise – que je bénéficie d’un « bilan de compétence ». Cela peut me permettre, en toute sérénité, de faire le choix d’un « changement dans la continuité », ou celui d’un changement plus profond qui rende mes dernières années plus attractives, et plus enthousiastes (voire optimisées pour l’entreprise qui m’emploie). J’attends du bilan qu’il m’éclaire sur les compétences mais aussi les capacités que je pourrais mettre en œuvre pour un « baroud d’honneur » où tout le monde serait gagnant, l’entreprise et moi.
C’est pourquoi, etc. »