UA-110886234-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/03/2019

De l’empoisonnement invisible de la vie démocratique

 

 

Comme l'a écrit Rousseau, celui qui n'a pas donné de son temps n'a rien donné (1). Ce n'est pas pour rien que la démocratie, en Europe, est née dans un pays où ceux qui avaient la qualité de citoyens disposaient de beaucoup de loisir. Athènes, au surplus, comptait une centaine de jours de fête par an, une grande différence avec notre époque où, malgré les progrès énormes de la productivité, certains politiques voudraient en réduire le nombre. Or, le « Jour du Seigneur », ne leur en déplaise, n’est pas seulement le jour de la fainéantise où les gueux cessent d’enrichir le capital. Il rappelle qu’il y a des registres de la vie qui sont supérieurs au travail. Il permet aussi aux humains, en étant libérés en même temps, de se retrouver, de se réunir, de faire communauté.

 

Il n'est pas vraiment mystérieux que la vie démocratique, dans notre société, soit en déclin. La vie démocratique ne peut se résumer aux shows très canalisés des campagnes électorales et aux votes périodiques proches des paris que propose la FDJ. Elle nécessite, de la part de chaque citoyen, d’en avoir le goût et, en plus, de consentir à un triple effort d’investissement: de son temps, de son attention et de sa capacité de réflexion. Ce goût pour la vie démocratique et ce triple ingrédient, de nos jours, sont aussi sérieusement menacés que nos abeilles par les produits de Bayer-Monsanto.

 

Il y a des empoisonneurs que la débilitation de la vie démocratique satisfait de manière analogue à l'affaiblissement des syndicats ouvriers. D’évidence, après avoir émasculé ces derniers, ils ont intérêt à dominer et filtrer la production législative et réglementaire des nations. La protection des citoyens et leur capacité de résistance aux projets mercantiles et prédateurs sont une entrave à leurs ambitions. On les voit ainsi à l’oeuvre à travers leurs lobbies ou dans le financement plus ou moins transparent des campagnes électorales. S’il en était encore besoin, on aurait la preuve de leur influence avec, malgré ses promesses, le choix du président de la République de conserver les faveurs des fabricants de glyphosate.

 

Mais, s'il y a des Marie Besnard (et des Bayer-Monsanto) de l'empoisonnement, on peut aussi observer le phénomène au ras du sol, par le petit bout de la lorgnette. Je suis très sensible aux aspects les plus banals de la vie quotidienne. Je trouve que, mieux que de savants traités, ils expriment une vérité profonde de la société. De même que ce qui subsiste de la langue d’un peuple dominé se réfugie dans le vocabulaire des choses ordinaires, c’est dans des détails apparemment dérisoires que l’on peut évaluer l’importance qu’une civilisation accorde à des faits sociaux essentiels et, par exemple, à la conversation. La conversation est le lieu le plus modeste, le plus simple et le plus vrai où les humains peuvent se retrouver, faire lien. Or, à moins d'organiser la conversation chez soi, son empoisonnement est quasiment général. Quelle conversation avoir dans un bistro ou un restaurant qui privilégie le bruit, rajoutant à celui de ses clients (dont les tables sont bord à bord) la diffusion d’une caricature de musique ? Faites l’expérience de partager votre pensée en beuglant afin de couvrir le tumulte ambiant et dites-moi ensuite si vous avez pu vous exprimer de manière nuancée. Est-il imaginable que le dialogue de My dinner with André (2) ait pour cadre un de ces lieux braillards où le dernier mot, par lassitude, revient aux écrans plats ? Le silence, qui ne coûtait rien, est devenu quelque chose que l’on doit payer. Si l’on en a les moyens.

 

Je n’ai pas choisi par hasard l’exemple de la conversation. Je crois qu’elle est l’amorce de la vie citoyenne. Or, la débilitation de la vie citoyenne est le produit de la société que nous avons créée et, a minima, acceptée. Allons un peu plus loin dans nos observations au ras du sol. Nos journées ne comportent que vingt-quatre heures et, pendant ces vingt-quatre heures, sous des formes diverses, nous subissons un harcèlement devenu tellement naturel que nous en avons à peine conscience. Les harceleurs, qui se sont multipliés, ont tous en commun de vouloir nous vendre quelque chose: leurs produits, leurs services ou leurs opinions. Leur stratégie est d’être omniprésents: dans la rue, les transports, les bistrots, et jusque chez nous. Leur tactique comporte trois volets : capturer notre attention, manipuler nos comportements et conditionner nos réflexes. Certains ont un objectif cynique, d’autres - il faut le reconnaître - généreux. Mais le premier résultat est le même: nombreux comme ils sont, tous ensemble concourent à la saturation de notre « temps de cerveau disponible ». Un mot résume l’effet premier du phénomène: chronophagie. Ajoutez à cela le temps passé au travail et le stress que l’on peut y vivre: le soir ou les fins de semaine, l’on n’a pas envie de se prendre la tête avec des sujets sérieux, on n’a plus ni l’énergie ni le goût de le faire. D’autant qu’on nous offre la pente du plus facile à faire. Nous passons en mode divertissement, et ce mot doit être pris ici au sens que lui donnait Blaise Pascal: le détournement de l’esprit.

 

(à suivre)

 

(1) Dans une lettre à Sophie d'Houdetot.

(2) Film de Louis Malle (1981).

17/02/2019

Un blog bloqué par Facebook

Le voici, c'est incompréhensible:

https://uncertainregardsuricietailleurs.wordpress.com/

 

08/01/2019

1er février 2019

P1240137.jpg

 

 

 

 

Très tôt, je me suis interrogé sur les ressorts de l’évolution personnelle. A ma manière et à mon modeste niveau, je me suis ainsi retrouvé à essayer de "transformer en conscience la plus large expérience possible" (1).

J’avais constaté, par exemple, que je pouvais avancer vaillamment ou au contraire stagner lamentablement, trouver d'emblée le geste juste ou, à l'inverse, m'enfermer dans un cercle vicieux. Or, j'avais la conviction - encombrante - que les éléments extérieurs n'étaient pas seuls en cause. Je me demandais ce qui, en moi, était responsable ou à tout le moins complice de ces expériences contradictoires. Comment peut-on être à la fois intelligent et stupide, timoré et courageux, aveugle et lucide ? 

Le rapport que nous avons avec l’imprévu est un des révélateurs de nos ressorts cachés. Nous faisons-nous une représentation rigide de l'avenir, ou bien sommes-nous prêts à jouer avec l'incertitude, avec la diversité des scénarios qui peuvent surgir ? L'imprévu a fait partie de mes principaux sujets de réflexion. Entre l'image que l'on se fait de sa vie à venir et la manière dont elle se développe dans la réalité, il y a souvent autant de différence qu'entre une histoire de Barbara Cartland et un roman d'Honoré de Balzac ! J'ai été ainsi amené à m'intéresser à la prospective - cette "indiscipline intellectuelle" comme l'a nommée Michel Godet - qui tente de discerner les futurs possibles ailleurs que dans l'ombre que projette le présent. Comment se fait-il, par exemple, qu'au lendemain d'un évènement qui nous a pris de court, l'on découvre en général qu'on aurait pu le voir venir ? (2) Pourquoi Mark Twain a-t-il raison quand il affirme: "Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait" ? 

La manière dont je gérais les périodes de changement non désirés - ou désirés, mais encombrés de bagages que je n’avais pas anticipés - a été aussi pour moi une source importante de méditation. Comment s’adapter non pas en se résignant mais en rebondissant ? Comment éviter cette attitude victimaire si répandue qui nourrit des sentiments stérilisants, entretient le fonds de commerce de l'impuissance et confond une révolte aussi dérisoire que répétitive avec une reprise en main de sa vie ? Ce que j'ai maintes fois observé, c'est que si, physiquement, les évènements ne nous tuent pas, moralement ou socialement nous pouvons les utiliser pour nous suicider. 

Il y a aussi cette quête de ce que Jean-Louis Etienne appelle "le pôle intérieur". Dans quelle direction dois-je aller, comment la repérer, comment discerner les chemins qui vont dans le bon sens, pour me réaliser dans mon authenticité profonde ? Réponse d'autant plus délicate à donner que, ce pôle-là, selon mon expérience, se déplace. Et c'est normal, et c'est heureux !

Nous sommes en quelque sorte les pèlerins de notre vie et, de ce point de vue, nous avons beaucoup de chance de vivre à notre époque. Nous sommes riches de si nombreux et si différents explorateurs de la condition humaine ! Qu'ils soient philosophes comme Lao-Tseu, Spinoza ou Alain, psychologues comme Jung ou Csíkszentmihályi, ou qu'ils soient des aventuriers comme Jean-Louis Etienne ou encore Bernard Ollivier que j'ai eu l'avantage de rencontrer l'un et l'autre, la compagnie de ces grands frères nous donne des repères précieux et nous encourage à cheminer en conscience. 

Dans mon activité - ma passion, devrais-je dire - d'ingénierie de formation, j'ai puisé aussi à cette richesse accumulée par l'humanité. Je dois, dans le domaine de la pédagogie, une gratitude particulière pour l'inspiration qu'ils m'ont donnée à Jean Joseph Jacotot (1770-1840), à Michael White (1948-2008) (3), à Georgi Lozanov (1926-2012)(4), à Hélène Trocmé-Fabre, à André Coenraets...

Alors, il y a deux ans, tout ce que je crois avoir compris de ces années d'expériences, d’observations, d’introspections, de réflexions et d’apprentissages, tout ce que j'ai retenu de mes lectures et des gens d'expérience que j'ai eu le bonheur de rencontrer, j'ai eu envie de le partager. J'ai ainsi passé ces derniers mois à le distiller sous la forme pédagogique qui m'a parue la plus appropriée. Le résultat: un parcours « de développement de l’humain » qui, loin d'être académique, est une expérience à vivre, confortablement et néanmoins résolument. 

Ce parcours s’adresse aussi bien aux personnes qui se retrouvent dans une période d’interrogations existentielles qu’aux gestionnaires de RH qui, dans le respect de l’humain, veulent aider des collaborateurs de l’entreprise à traverser au mieux des situations qui pourraient être frustrantes ou égarantes pour eux.

Afin de donner matière à réfléchir - et à rêver - à ceux qui pourraient se sentir concernés par ma démarche, j’organise à Paris, le 1er février de 14 h. 00 à 17 h. 30,  une session de découverte de ce parcours. Si vous êtes intéressé, si voulez en savoir plus avant de venir, mettez-moi un petit mot, je serai heureux de vous répondre et de vous accueillir. Attention: le nombre de places est limité. 

 

En attendant, nous pouvons aussi faire connaissance à l'occasion de la conférence que je donnerai lundi prochain, 14 janvier à 19 h.00, pour la Fabrique Narrative : http://indisciplineintellectuelle.blogspirit.com/archive/...

 

(1) André Malraux. 

(2) Ce que Nassim Nicholas Taleb appelle un "cygne noir". 

(3) Et ses héritiers Pierre Blanc-Sahnoun et Dina Scherrer. 

(4) Et dans cette mouvance, à Lonny Gold, le pionnier du resonance learning.